CHU TEH-CHUN 朱德群 (1920-2014)

Lot 21
Aller au lot
45 000 - 65 000 €

CHU TEH-CHUN 朱德群 (1920-2014)


Metz 05 n°1, 2005
Lavis d'encre sur papier de riz, signé et daté en bas à droite en caractères chinois et latins 74.7 x 72.7 cm - 29 3/8 x 28 5/8 in Ink on rice paper, signed and dated lower right in french and in chinese

PROVENANCE
Galerie Frank Pages, Baden-Baden, acquise par l'actuel propriétaire.

EXPOSITION Chu Teh-Chun, Tusche, galerie Frank Pages, Baden-Baden, mai-juin 2006.

BIBLIOGRAPHIE Catalogue de l'exposition dédicacé par Chu Teh-Chun. Notre oeuvre est reproduite p. 3.
L'ouvrage sera remis à l'acquéreur

Chu Teh-Chun est avant tout un voyageur, irrémédiablement attiré par de nouveaux horizons pour nourrir sa pensée et son art. Il est issu d’une famille d’amateurs et de collectionneurs de peinture chinoise. C’est tout naturellement qu’il s’oriente vers une carrière artistique et entre en 1935 à l’Ecole des Beaux- Arts de Hangzou. Il y suit les enseignements de Lin Fengmian, alors directeur de l’école. En 1937 éclate la guerre sino-japonaise, l’école ne ferme pas mais se déplace, parcourant les provinces chinoises à la recherche de stabilité et d’équilibre. Avec elle, migrent avec étudiants et professeurs. Chu Teh-Chun est profondément marqué par les paysages qu’il traverse et en fait d’innombrables croquis. En 1941, tout juste diplômé, il devient professeur assistant et est titularisé l’année suivante, c’est ainsi que commence sa brillante carrière universitaire. Après avoir parcouru la Chine et enseigné à l'Université Centrale de Nankin, puis au Département des Beaux-Arts de l'Université Normale Nationale, Chu Teh-Chun prend la grande décision de quitter l’Orient. Son voyage s’apparente presque à un parcours initiatique, et il découvre avec stupeur et admiration Le Caire et les vestiges de l’Egypte ancienne. Une fois arrivé et installé en France, nouveau choc esthétique : la peinture de Nicolas de Staël durant l’exposition de 1956, il prend goût à
l’abstraction. Très vite cet artiste chinois prend ses marques et se fait connaître, sa peinture remporte un grand succès. A tel point qu’il est élu le 17 décembre 1997 à l'Académie des beaux-arts, dans la section de peinture, au fauteuil de Jacques Despierre. 
Nourri par ses voyages et ses rencontres Chu Teh-Chun s’inscrit dans l’art contemporain comme un maître de l’abstraction lyrique de la même génération que Zao Wou-Ki. Cette oeuvre, Metz 05 n°1, 2005, en est un très bel exemple. Sa maîtrise absolue de l’utilisation de l’encre est tout à fait reconnaissable et rappelle ses nombreuses années de perfectionnement dans les techniques de peintures et de calligraphie chinoise. Les motifs végétaux et ses couleurs tendres et diluées ne sont pas sans nous faire penser à son étude des paysages chinois. Cette oeuvre en particulier est saisissante par son grand format et le mouvement rapide du pinceau. Il s’en dégage une poésie énergique. 
Quant à Encre Orageuse, il s’agit de la toute dernière oeuvre réalisée par l’artiste. C’est un recueil de six lithographies et trois poèmes sur les quatre saisons réalisé par CHU Teh-chun et édité par les éditions Jacques Boulan. Chacune des estampes est signée ou porte le sceau de l’artiste. Ces poèmes illustrés et calligraphiés sont ceux de grands poètes comme : LI Yu - 李煜 (937-978) dernier empereur de la dynsatie des Tang du sud, LIN Bu - 林逋 (967-1028) et SU Shi - 蘇軾 (1037 - 1101).

朱德群 CHU TEH CHUN (1920-2014)
《佳肴》Metz 05 n°1, 2005
宣本水墨设色
日期及署名中文和法语于右下角
尺寸 74.7 x 72.7 cm 
My orders
Sale information
Sales conditions
Retourner au catalogue