Alfred STEVENS (1823-1906)

Lot 4
Got to lot
Estimation :
50000 - 80000 EUR
Alfred STEVENS (1823-1906)

Le perroquet vert

Huile sur panneau, signée en bas à droite

65.5 x 49.5 cm

25 13/16 x 19 1/2 in.


Cette peinture sera reproduite dans le Catalogue Raisonné des Peintures & Dessins d'Alfred Stevens en préparation par le Comité Alfred Stevens.

Une attestation sera remise à l'acquéreur.


PROVENANCE

Van Diemen, Amsterdam

Lechien, Bruxelles, 1936

Collection privée, Belgique


BIBLIOGRAPHIE

Gustave Van Zype, 1936, Bruxelles, ‘'Les frères Stevens‘', N° 170


ALFRED STEVENS

Peintre belge, Alfred Stevens nait en 1823 à Bruxelles et grandit au sein d’une famille passionnée par le monde de l’art. Son père, Léopold Stevens, était un fervent collectionneur des œuvres de Théodore Géricault et Eugène Delacroix. Son frère, Arthur Stevens, était quant à lui établi en tant que marchand à Paris et à Bruxelles. En effet, très vite, les jeunes frères guidés par leur ambition décident de s’installer dans la capitale française. En 1844, Alfred Stevens entame sa formation artistique à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts où il sera l’élève d’Ingres. Il trouve rapidement sa place dans la vie mondaine artistique de Paris et noue de fortes amitiés avec Édouard Manet, Berthe Morisot ou encore Charles Baudelaire. Après s’être brièvement intéressé à la dure réalité de la vie urbaine, l’artiste décide de se consacrer uniquement à la représentation de la femme contemporaine. Dès leurs premières expositions, ses œuvres jouissent d’une popularité hors norme et sa carrière connait une ascension fulgurante. Les jeunes femmes qu’il peint sont élégantes, habillées à la dernière mode et posent dans des intérieurs raffinés. Tantôt intimiste, tantôt mondaine, ces scènes incarnent très vite l’image de la « Parisienne moderne » et font d’Alfred Stevens leur peintre officiel. Réalisée au cœur de cette période phare, l’œuvre que nous vous proposons aujourd’hui est un très beau témoignage de la production artistique d’Alfred Stevens. Au cœur d’un somptueux intérieur, une jeune femme se tient près de son feu ouvert, elle est en train de nourrir sa perruche. L’ingéniosité de l’artiste se retrouve en nombreux points, qu’il s’agisse du rendu du drapé de la robe, riche et délicat ou encore dans le subtil jeu de miroir qui apporte un nouvel axe dans la composition. De son vivant, Alfred Stevens connut un véritable succès artistique et financier. Ses œuvres rentreront dans les plus belles collections françaises et belges. Le roi Léopold II lui passera notamment commande. Les Vanderbilt feront également plusieurs acquisitions auprès du peintre.

My orders
Sale information
Sales conditions
Return to catalogue