SANYU 常玉 (1901-1966)

Lot 12
Aller au lot
Estimation :
3000000 - 4000000 EUR
Result with fees
Result : 8 797 500EUR

SANYU 常玉 (1901-1966)


Pot de fleurs ou Pivoines, circa 1930《花盆与牡丹》约1930
Huile sur toile, signée en bas à droite annotée au dos « Pivoines par Sanyu » et numérotée S 342 sur le châssis
92 x 73,5 cm - 36 1/4 x 29 in.

Oil on canvas, signed lower right, inscribed on reverse Pivoines par Sanyu
画布油画,署名于右下方,背面注有“常玉牡 丹”,木框注有编号S342。

BIBLIOGRAPHIE
Sanyu, catalogue raisonné: oil paintings. Rita Wong. Yageo Foundation & Lin & Keng Art Publications, 2001. Reproduit en noir et blanc p.268, n°154
Sanyu, catalogue raisonné: oil paintings. Volume two. Rita Wong. Li-Ching Cultural and Educational Foundation, 2011. Reproduit p.24 figure 5, p.133 n°154 et p.160 figure 22
书录 《常玉油画全集》衣淑凡,国巨基金会大 未来艺术出版社联合出版,2001年,黑白 版,268页,编号154。 《常玉油画全集》第二册,衣淑凡,财团 法人立青文教基金会,2011年,第二版发 行,24页 图5,133页 编号154,160页 图 22。

EXPOSITION
Sanyu, Hollande, dans les années 1930-1940 (reproduit en situation au centre de l'exposition - voir catalogue raisonné tome II, p.24 figure 5 et p.160 figure 22)

PROVENANCE
Collection privée, Ile de France
展览 1940年常玉荷兰个展(照片来自于《常玉油 画全集》第二册,24页图5和160页)图22. 来源 巴黎私人收藏


UNE ŒUVRE OUBLIÉE DE SANYU

« Il faut être un véritable rabat-joie pour ne pas être charmé par l'oeuvre de Sanyu, parce que sa grâce légère et ses couleurs raffinées créent un enchantement auquel il est difficile de résister. Le jeune peintre chinois Sanyu... a joyeusement accepté l'héritage de l'art de ses ancêtres, mais il a aussi, à sa manière, tiré profit de certaines des nouvelles idées européennes. »
Yu Sanyu, Jan D. Voskuil (critique néerlandais), Haarlem Courant, 22 Octobre 1932, page 17

Sanyu est un peintre asiatique ayant quitté la Chine au début du XXe siècle pour parfaire son apprentissage artistique à Paris, capitale de toutes les avant-gardes.Passées les premières années d'effervescence à Montparnasse, Sanyu bénéficie de la protection d'une poignée d'amis mécènes et mentors occidentaux. Méconnu de son vivant, il produit peu et ne s'attache pas à la promotion de son oeuvre, il tombe dans l'oubli à la fin des années 1960. A la faveur des oeuvres qui ont ressurgi sur le marché depuis une vingtaine d'année, le talent de Sanyu éclate aujourd'hui au grand jour. Son art est désormais consacré par la critique et les collectionneurs voient en lui la synthèse inégalée de l'esprit des formes entre Orient et Occident.

Une enfance chinoise
Sanyu naît dans une famille aisée de la province du Sichuan, probablement en 1895 comme cela a été attesté par de récentes recherches. Son père, peintre animalier spécialisé dans les lions et les chevaux, lui transmet les rudiments de son art et lui permet de suivre l'enseignement de Zhao Xi, calligraphe réputé. Son frère aîné l'encourage dans sa passion et le soutient financièrement quand, après un bref séjour au Japon, et inspiré par une vague d'étudiants ayant choisi de voyager vers la France, Sanyu part pour Paris en 1921 pour y étudier l'art. Dans une Chine en mal de modernisation, ces jeunes idéalistes imaginent pouvoir révolutionner l'art chinois en se confrontant aux peintres d'avant-garde occidentaux qui savent si bien représenter le réel tel qu'il est, tel qu'ils le voient ou le ressentent, à l'opposé de l'art ancestral de leur pays qui privilégie de façon millénaire les voyages de l'esprit, sans laisser de place à la perception de la réalité.

Un jeune peintre Chinois à Paris
Dès son arrivée en 1921, Sanyu s'inscrit aux cours de l'Académie de la Grande Chaumière, fréquente ses camarades chinois, en particulier Xu Beihong et son épouse, au début des années 1920. À l'aise financièrement grâce au soutien de son frère ainé, il se détache cependant progressivement de ses compagnons et se consacre pleinement aux cours académiques de nu sur modèle vivant, témoignant ainsi de son intérêt pour un sujet emblématique de la peinture occidentale, dont il cherche à se rapprocher. Il applique la méthode de la calligraphie chinoise qui consiste à reproduire le même caractère jusqu'à le maîtriser totalement: les traits au pinceau sont incisifs, les esquisses se multiplient.
A partir de 1925, il expose au Salon d'Automne (1925, 1928) et parfois dans des galeries parisiennes. Il réalise ses premières peintures à l'huile en 1929, matérialisant ainsi plus encore son souhait d'intégration par ce choix, quand ses pairs restent souvent fidèles au papier de riz, à la soie, à l'encre et aux pinceaux de calligraphie.

Mécènes et protecteurs
La période du début des années 1930 est très féconde quoique la mort de son frère marque pour l'artiste la fin d'une certaine aisance financière et le début de ce qu'il appelle sa « vie de bohémien ». De façon providentielle, le travail de Sanyu est alors remarqué par le marchand d'art averti, Henri-Pierre Roché (1879-1959), connu pour avoir soutenu très activ
My orders
Sale information
Sales conditions
Retourner au catalogue