WRIGHT ORVILLE (1871-1948). Aviateur américain.

Lot 198
跳转至
Estimation :
2500 - 3000 EUR
WRIGHT ORVILLE (1871-1948). Aviateur américain.
L.S., Dayton, Ohio 19 octobre 1937, à Fred. L. BLACK, à l’Edison Institute, à Dearborn (Michigan) ; 1 page et demie in-4 dactylographiée, à son en-tête ; en anglais.  
Polémique sur l’antériorité des vols des frères Wright.
[Gustave WHITEHEAD (1874-1927) prétendait avoir été le premier à faire voler un avion à moteur le 14 août 1901.]
Wright n’a pas vu le livre, Lost Flights of Gustave Whitehead [Vols perdus de Gustave Whitehead], mais il a vu l’article à ce sujet dans le numéro de janvier 1935 de Popular Aviation, signé par Stella Randolph et Harvey Phillips. Il a su par un ami que Miss Randolph travaille dans un cabinet médical à Washington, et ne s’intéresse pas particulièrement à l’aviation ; et que Harvey Phillips, qu’elle ne connaissait pas, l’a persuadée de collaborer avec lui. Wright soupçonne que l’idée du livre ait germé dans l’esprit d’A.F. Zahm, qui a été assez actif dans ce domaine. Le livre témoigne de la facilité avec laquelle, 35 ans après, on peut obtenir des attestations de contre-vérités. Ni Wilbur ni lui n’ont jamais été à Bridgeport avant 1909, et alors seulement pour traverser la ville en train.
Il rappelle les déclarations de témoins oculaires obtenues par A.V. ROE pour étayer sa prétention d’avoir été le premier Anglais à voler. Wright possédait des lettres de Roe de l’époque, qui prouvaient que les déclarations étaient fausses. Moore-Brabazon lui a dit qu’il aurait été incapable de réfuter ces déclarations, produites 25 ans après l’événement, sans les preuves que Wright lui a fournies.
Dans le cas de Whitehead, le dessin de la machine suffi t pour réfuter les déclarations selon lesquelles elle volait. Wright signale l’article du N.A.A. Magazine de décembre 1936, du professeur John B. Crane, qui a enquêté sur l’histoire de Randolph et interviewé quelques-uns des prétendus témoins oculaires…
我的竞拍
拍卖信息
拍卖条款
返回拍品目录