MALLARMÉ STÉPHANE (1842-1898)

Lot 637
Aller au lot
3 000 - 3 500 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 3 770 EUR

MALLARMÉ STÉPHANE (1842-1898)

Ensemble de trois billets autographes signés adressés au symboliste belge Albert MOCKEL S.l., 1889, 1891 et 1897, 3 billets in-16, 6 pages à l'encre
Commentaires très lyriques sur les écrits de Mockel, Stéphane
Mallarmé, un héros (1898).
- 9 fév. 1889: Il félicite le poète de son étude publiée dans La Wallonie.
«Ecrire à côté de mes travaux, j'y ai renoncé, le temps! Mais si l'on se rencontrait une heure seulement, qu'il y aurait à causer». Selon
Claude Roulet, ce texte «est très important parce qu'il se rapporte à toute l'oeuvre future de Mallarmé, en particulier au Coup de dés: «Vous avez mis le doigt sur ce point que tout ou le peu que j'ai livré est chose de transition. Le reste, ce qu'il faut faire, à quoi je m'obstine, dussé-je y laisser l'âme, est à des siècles d'ici...»
- 28 sept. 1891: Belle analyse de l'art poétique de Mockel, qui reflète aussi le sien propre: son texte, «à force de subtilité originelle et d'harmonieuse fusion se prête comme à une disparition de lui-même encore qu'on ne cesse de subir son délice; et s'évanouit, toujours présent, en une sorte de silence qui est la vraie spiritualité...»
- 28 mars 1897: «Votre poème jaillit de lui-même, avec quelle pureté magnifique et retombant et s'élançant encore suivant une seule ligne spirituelle, intacte après plusieurs lectures...»
Correspondance, II, lettre DCCXLVIII; IV, lettre MCLXV et IX, lettre
MMCCCLXIII./St. Mallarmé, Lettres et autographes, Bruxelles, L'Ecran du Monde, coll. «Empreintes», 1952, p. 106-108.

PROVENANCE
Artcurial, 14/11/2011
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue