GEORGE SAND (1804-1876)

Lot 37
Aller au lot
80 000 - 100 000 EUR

GEORGE SAND (1804-1876)

Lélia.
Paris, Henri Dupuy, imprimeur-éditeur, L. Tenré, libraire. 1833. 2 tomes en 1 volume in-8 (215x133 mm). Demichagrin maroquiné lavallière à coins, dos à nerfs à caissons encadrés de triples filets dorés et ornés de fleurons; tête dorée. Étui-boite en maroquin crème en forme de livre. [de G.Huser].
T.1- 4 ff. n. ch. (faux-titre, titre, dédicace et épigraphe), 350 pp.; T.2- 3 ff. n. ch. (épigraphe placée par erreur avant le faux-titre, titre,), 383 pp.
Édition originale.
Précieux exemplaire offert par George Sand à Alfred de Musset, aux débuts de leur liaison. Il est enrichi de deux envois autographes signés sur chacune des pages de titre.
Sur le premier tome on lit: «A Monsieur mon gamin d'Alfred. George»
Sur le second: «A Monsieur, Monsieur le Vicomte Alfred de Musset.
Hommage respectueux de son dévoué serviteur, George Sand.»
Carteret: «C'est, avec Indiana, un des ouvrages de cet auteur les plus rares et les plus estimés». De plus, sont reproduites dans la notice de son Trésor du Bibliophile les deux dédicaces du présent exemplaire «retrouvé dans la modeste bibliothèque de Musset» et dont l'histoire a été racontée par la gouvernante du poète dans ses souvenirs: «A ce dernier tome, seize pages sont arrachées, ce sont les pages 209 à 225, où George Sand décrit une scène d'orgie où tout le monde paraît dans un état voisin de la folie, où le personnage de Sténio est bafoué et joue un rôle répugnant. [...] J'ai supposé que M. de Musset, lisant, longtemps après, avait voulu retirer de ce livre le passage peu intéressant qui lui déplaisait. Il avait aussi collé la dédicace du premier volume avec deux pains à cacheter qui sont encore visibles.
» (Adèle Martellet, Alfred de Musset intime, F. Juven, 1906).
Les lacunes ont été suppléées par 6 feuillets manuscrits au moment de la reliure. Le ton particulier adopté par chacune des dédicaces reflète deux tendances opposées de la personnalité de Musset: d'une part le «gamin» de 23 ans à la sensibilité encore adolescente, qui écrira un jour à sa maîtresse «je vous aime comme un enfant» et d'autre part «Monsieur le Vicomte», l'aristocrate parisien, brillant causeur qui sut séduire la forte personnalité de George Sand. Cette dualité renvoie aussi aux aspects contrastés de la relation entre ces écrivains d'exception: ils ont fait connaissance en août 1833 et leur complicité intellectuelle s'est changée en une liaison passionnée dont le roman Lélia est curieusement prémonitoire. Musset avait inspiré le personnage de Sténio avant sa rencontre avec la romancière, qui admirait déjà le poète. Elle lui envoya les épreuves du livre quelques mois avant sa parution, suscitant l'enthousiasme de Musset.
Bel exemplaire, grande de marges, agréablement relié, dans un excellent état de conservation (quelques minimes frottements sur les nerfs et les coiffes); intérieurs très frais, de rares rousseurs éparses, marques de cachets de cire posés par Musset qui avait scellé la page de dédicace du premier volume. Petit manque angulaire au premier feuillet de dédicace avec le mot «gamin» refait.
Exemplaire des plus désirables.

RÉFÉRENCEs
Carteret II-306, cite l'exemplaire

PROVENANCE
De la bibliothèque Jacques Guérin, II (catalogue Très beaux Livres du
XIXe siècle; 1985; n° 90), Paul Louis WEILLER 30 novembre 1998 n°143.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue