LA CONDAMINE CHARLES-MARIE DE 查尔斯·玛丽·德·拉孔达明 (1701-1774)

Lot 133
Aller au lot
1 200 - 1 500 €
Résultats avec frais
Résultat : 2 600 €

LA CONDAMINE CHARLES-MARIE DE 查尔斯·玛丽·德·拉孔达明 (1701-1774)

MATHÉMATICIEN, VOYAGEUR ET LITTÉRATEUR
L.A.S., Paris, 4 mars 1767, au comte de TRESSAN; 4 pages in-4.
Signed autograph letter, Paris, 4 March 1767, addressed to the Count of TRESSAN; 4 pages in-4.
Il a essayé «des canonades electriques d'après l'avis de M. VAN SWIETEN et je les ai continuées jusques à Lundi dernier, jai differé à vous répondre tant pour vous en dire des nouvelles comme physicien que de leffet que ce nouveau moyen auroit produit sur votre ami». Il lui a écrit plusieurs fois «depuis la mort du Roi philosophe» [Stanislas], notamment «d'Aix la chapelle dont jai été prendre les eaux les bains et les douches et de là à Spa prendre les bains froids dont on me promettoit merveilles et qui n'ont pas eu plus d'effet que tous les autres remedes des Tronchin, des Mahy, des Pringle, des Gatti, des Van Swieten sans compter les esculapes de Paris, je vous ai fait le récit peutetre trop au long de mes maux, et de l'engourdissement de mes piés, mains, jambes et de toutes les parties inférieures, ce qui a diminué de moitié la sensibilité de ces parties, sans que j'en aye perdu les mouvements. Rien n'a opéré ni l'électricité non plus.
Le tronc est sain mais les branches se dessèchent». Il lui a envoyé des vers sur son état, «dont je sens les conséquences, mais qui ne me cause point de mélancolie»... Il est rentré à Paris après un séjour à Étouilli, «où j'ai végété dans le sein de ma famille entre ma soeur et ma femme qui me gardoient à vue et me cultivoient comme une plante de Borneo ou de Sumatra». Le voyage des eaux l'a ruiné; il a maintenant des chevaux, ne pouvant «plus marcher à pié dans les rues sans un risque évident. Il est tems de manger son fonds à 66 ans quand on n'a point d'enfans. [...] on m'assure que je n'ai point d'apoplexie à craindre, mais jai vieilli sans savoir pourquoi de vingt ans depuis 18 mois jusques là je me portois comme à 40 ans. Aujourdhui en suposant que jai 86 ans je puis dire encore que je me porte asses bien pour cet âge». Il loue le nouvel ouvrage
Tressan [Portrait historique de Stanislas le Bienfaisant], «écrit avec beaucoup de sagesse et de noblesse, sans prejudice de l'énergie qui regne dans tous vos ecrits. [...] je le relirai avec le même plaisir et le même attendrissement. [...] Je ne suis pas surpris que la Reine en ait désiré l'impression. Vous donnez adroitement et decemment un coup de patte à ceux qui ont tiré meilleur parti que vous de la faveur de votre défunt maître».
Il évoque ensuite les retards de la lecture de son troisième mémoire [sur l'inoculation de la petite verole], qui devait être lu en novembre 1764, quand il reçut la nouvelle de l'inoculation du Prince de Parme; puis Malesherbes lui avait promis la lecture à la Saint-Martin de 1765, quand est survenue la petite vérole de Mme de Boufflers: «J'en ai dit un mot dans le Journal encyclopedique de novembre 64, ce qui ma fait une tracasserie à l'academie où jai été un an sans mettre le pié».
Puis sa maladie a retardé la publication de ce 3e mémoire, «quoique le nouveau Duc de Parme m'ait fait inviter de le lui dédier ou plustot ait renouvellé l'invitation que m'avoit faite feu l'Infant. Je ne songe plus qu'à végéter»... Il ajoute au bas de sa lettre deux quatrains oubliés dans l'édition de son poème...
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue