Jean Baptiste Camille COROT (1796-1875)

Lot 66
Aller au lot
80 000 - 120 000 €
Résultat : 165 750 €

Jean Baptiste Camille COROT (1796-1875)

Matinée au bord d'un lac, 1855 Coucher de soleil après l'orage, 1856 Deux huiles sur toile formant pendants, chacune signée et datée en bas 107 x 93 cm - 42 x 361/2 in. 107 x 85 cm - 42 x 331/2 in. Two oils on canvas, signed lower Bibliographie: Ces oeuvres sont citées et reproduites dans l'oeuvre de Corot par Albert Robaut, ed fleury, Paris 1905: tome 2, pp 374-375 sous les n°1186 et 1186 bis Provenance: Collection Nicolas Fournier, 1855 et 1856, peint sur place dans sa propriété par l'artiste Collection Monsieur Cyrot, vers 1898 Vente Urion 16 mai 1934, Paris Collection Damidot Vente Dubernet Douine, Paris, 11 avril 1946 Collection particulière, France, resté dans la famille depuis 1946 COROT Né en 1796, Corot suit une formation classique, passant successivement dans les ateliers d'Achille Michallon et de Jean-Victor Bertin qui l'encouragent à peindre sur le motif et l'incitent à travailler en forêt de Fontainebleau. De famille aisée, il sillonne l'Italie une première fois entre 1825 et 1828, avant d'y retourner en 1834 et 1843. Il s'intéresse également aux paysages français, parcourant notamment l'Auvergne et la Provence, la Normandie, la Bourgogne et la Bretagne. Selon la formation classique, il s'intéresse aux paysages mais dans l'optique de compositions à sujets historiques. Ainsi, il expose au Salon en 1835 «Agar dans le désert», et par la suite soumettra au public, aussi bien des compositions religieuses que mythologiques. A partir des années 1850, sa notoriété ne cesse de croître et sa peinture cède de plus en plus la place à des paysages «rêvés» transfigurés par l'émotion du peintre. En 1846, il est fait Chevalier de la Légion d'Honneur, et officier en 1867. Célébré par ses amis et de nombreux artistes, il est unanimement adulé par la postérité: «il est toujours le plus grand» (Edgar Degas), «il y a un seul maître, Corot» (Claude Monet). Bien que resté célèbre pour ses paysages, il fut également un portraitiste talentueux et de grands artistes comme Mary Cassat, Van Gogh, Gauguin ou même Picasso témoignèrent de leur prédilection pour ces représentations le plus souvent féminines. Corot occupe une place unique dans la peinture française de par le lyrisme de ses paysages et la poésie qui s'en dégage, son travail de la lumière et son sens de l'observation. Professeur de nombreux artistes reconnus du XIXe comme Eugène Boudin, Antoine Chintreuil, ou Berthe Morisot, il marquera d'une empreinte indélébile tous les artistes des générations suivantes. Les oeuvres que nous présentons à la vente sont des oeuvres de maturité puisque datées du milieu des années 1850. Elles ornaient à l'origine les murs d'un petit kiosque, au bord du Rhin, à Sauvigny-les- Beaune. Ce dernier était situé dans la propriété d'amis de l'artiste chez qui il séjourna à cette époque. Elles furent transposées sur toile dès les années 1890 dans un souci évident de conservation. Born in 1796, Corot followed classical training in the workshops of first Achilles Michallon then Jean-Victor Bertin. They encouraged him to paint in nature - sur le motif - and inspired him to work in Fontainebleau Forest. Coming from a wealthy family, Corot traveled to Italy for the first time from 1825 to 1828, before returning in 1834 until 1843. He was equally fond of French landscapes, in particular travelling through the regions of Auvergne, Provence, Normandy, Burgundy and Brittany. In line with classical training, he was interested in landscapes but within the context of compositions with historical subjects. After exhibiting ‘Hagar in the desert' at the Salon in 1835 he submitted religious as well as mythological paintings for public review. As of the 1850s, Corot's celebrity continued to grow and his painting increasingly gave way to ‘dream' landscapes transfigured by the painter's emotions. In 1846 he was rewarded with the Knight medal of the National Order of the Legion of Honor and was named Officer in 1867. Celebrated by friends and artists, he was unanimously revered by contemporaries and posterity: «he is still the greatest» (Edgar Degas), «there is only one master: Corot» (Claude Monet). Although famous for his landscapes, he was also a talented portraitist. Great artists such as Mary Cassatt, Van Gogh, Gauguin and Picasso shared their admiration for these portraits, most frequently of women. Corot occupies a unique place within French painting thanks to his landscapes' lyricism and poetry, to his treatment of light, and to his skills of observation. As the teacher of many recognized 19th-century artists including Eugène Boudin, Antoine Chintreuil and Berthe Morisot, he left an indelible mark on artists of the following generations. The works presented today are mature works dated to the mid-1850s. They decorated the walls of a small pavilion on the Rhine River in Sauvigny-les-Beaune, on the estate of friends of Corot's with whom he stayed during that period. They were transferred to canvas around 1890 in obvious concern for conservation.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue