FRITS THAULOW (1847 - 1906)

Lot 32
Aller au lot
Estimation :
12000 - 18000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 18 452EUR
FRITS THAULOW (1847 - 1906)

Rue à Montreuil-sur-Mer, 1893


Huile sur toile

Signée et datée '[18]93' en bas à gauche

Oil on canvas, signed and dated '[18]93' lower left

56 x 39 cm - 22 x 15 3/8 in.


Provenance

- Vente, Importants tableaux des XIXe et XXe siècles, Rare ensemble d'estampes des XIXe et XXe siècles, Ader-Picard-Tajan, Paris, Nouveau Drouot, 18 mars 1988, lot 76

- Vente, Tableaux anciens et modernes, Sculptures,

Me Siboni, Sceaux, 11 mars 1990, lot 59

- Vente, Nineteenth Century European Paintings, Drawings and Watercolours, Sotheby's, Londres, 19 juin 1991, lot 281

- Collection particulière, France


"En juin 1892, Frits Thaulow prend la route de Paris dans la perspective d'aller ensuite jusqu'à Venise. Mais c'est l'été et, toujours avide de sensations nouvelles, le peintre passe par la côte bordant le nord-ouest de la France. Tout début juillet, au nord du Touquet, station balnéaire reliée à Paris par le chemin de fer, et du port d'Étaples implanté sur la rive nord de l'embouchure de la Canche, la bourgade de Camiers se découvre au paysagiste norvégien, source d'émerveillement, tel un "coquillage rose dans le sable". Arrêté au hasard de sa musarderie, le couple Thaulow demeurera six mois dans la région, se replie également à Montreuil-sur-Mer à partir de septembre, parcourt la campagne à bicyclette, et séjourne l'hiver à Paris. Frits Thaulow découvre à Étaples non seulement une importante colo- nie de jeunes et joyeux artistes, mais aussi de véritables amis : Henri Le Sidaner, Émile Claus, Eugène Vail, et Henri et Marie Duhem, qui invitent les Norvégiens à passer l'été chez eux, à Camiers."


"De par sa proximité, l'effet d'alternative ou de complémentarité jouant, le foyer artistique étaplois englobe Montreuil-sur-Mer, à une dizaine de kilomètres dans l'arrière-pays, sur la Canche, modeste ville perchée sur un piton rocheux, ceinte de pittoresques fortifications médiévales. Les peintres français sont les premiers à s'y aventurer comme le dépeint le parisien Alexandre Nozal à la manière de son maître Henri Harpignies, avec une préférence toutefois pour les larges panoramas de dunes ou ceux pris du haut des remparts. Un groupe de peintres américains, familiers d'Étaples, s'y développe à l'écart de l'agitation de la côte. Leur chef de file est Harry van der Weyden, un ami de Bohm, installé à Étaples depuis 1891 ; il se replie sur Montreuil, acquérant vers 1900 l'hôtel particulier Acary de la Rivière, sur le parvis Saint-Firmin, qu'il dépeint au gré des saisons dans une démarche apparentée à celle des impressionnistes ; l'adresse devient le rendez-vous favori des artistes. L'autre personnalité marquante est Frits Thaulow, une fois de plus, lorsqu'il s'établit à Montreuil en septembre 1892. Il y réalise au pastel la Rue de Montreuil-sur-Mer. Cette rue pittoresque et les remparts se partagent les faveurs des peintres."


Annie Scottez-de-Wambrechies, "Frits Thaulow, le Picard", in. Frits Thaulow, Paysagiste par nature, cat. expo., Caen, Musée des beaux-arts, 16 avril - 26 septembre 2016, Gand : Snœck, 2016, p. 73 et 77

Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue