ROUSSEAU Jean-Jacques (1712-1778)

Lot 197
Aller au lot
Estimation :
8000 - 10000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 11 050EUR

ROUSSEAU Jean-Jacques (1712-1778)


L.A.S. «JJRousseau», «Ce mardi 7» [mai 1776], à la marquise de CRÉQUI ; 2 pages in-4 (quelques petits trous d'épingle dans l'angle sup.).
Lettre de rupture avec son amie et protectrice, la marquise de Créqui.
[Renée-Caroline de Froullay, marquise de Créqui par son mariage (1714-1803), veuve, avait reçu dès 1744 Rousseau dans son salon, que fréquentait aussi d'Alembert et Marmontel. S'ensuivit une liaison solide d'amitié, rompue finalement par le caractère ombrageux de Rousseau.] «Rousseau peut assurer Madame la Marquise de Crequi que tant qu'il croira trouver chez elle les sentimens qu'il y porte et dont le retour lui est dû, loin de compter et regretter ses pas pour avoir l'honneur de la voir, il se croira bien dédomagé de cent courses inutiles pour le succès d'une seule. Mais en tout autre cas il déclare qu'il regarderoit un seul pas comme indignement perdu et ses visites receues comme une fraude et un vol, puisque l'estime réciproque est la condition sacrée et indispensable sans laquelle hors la nécessité des affaires, il est bien déterminé à n'en jamais honorer volontairement qui que ce soit.
Je reçois chez moi, j'en conviens, des gens pour qui je n'ai nulle estime, mais je les reçois par force, je ne leur cache point mon dédain, et comme ils sont accommodans, ils le supportent pour aller à leurs fins.
Pour moi qui ne veux tromper ni trahir personne, quand je fais tant que d'aller chez quelqu'un c'est pour l'honorer et pour en être honoré. Je lui témoigne mon estime en y allant ; il me témoigne la sienne en me recevant. S'il a le malheur de me la refuser et qu'il ait de la droiture il sera bientot désabusé, ou bientot délivré de moi. Voila mes sentimens ; s'ils s'accordent avec ceux de Madame la Marquise de Crequi, j'en serai comblé de joye ; s'ils en diffèrent, j'espère qu'elle voudra bien me dire en quoi. Si elle aime mieux ne me rien dire, ce sera parler très clairement. Je la supplie d'agréer ici mes salutations et mon respect»...
Il a joute qu'il a écrit cette lettre au reçu du billet de la marquise ; «mais ne voulant pas le confier à la petite poste j'ai attendu que je fusse en état de le porter moi-même».
On joint la minute autographe de la réponse de la marquise de CRÉQUI (1 page et quart in-16). «Javoue que je ne croyois pas que mes precautions pour ne pas manquer de recevoir Mr Rousseau fussent susceptibles dinterpretation, je ne les prendrai plus puisquelles mattirent des billets si peu conformes aux sentimens damitié que je lui ai voüé, jay toujours cru qu'on m'honoroit beaucoup en venant chéz moi, et que j'honorois infiniment en y recevant, et je nai pas plus a rectifier mes idées en ce point qu'en tout autre».
[Rousseau prépara une réponse à ce billet, qui ne fut finalement pas envoyé à la marquise. Nous avons donc ici la toute dernière lettre de Rousseau à la marquis de Créqui.]
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue