Japon Période Meiji (1868-1912)

Lot 12
Aller au lot
Estimation :
350 - 500 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 527EUR

Japon Période Meiji (1868-1912)

Grand manju en ivoire rehaussé de noir et rouge, illustrant la légende de Hanasaka


Jijii, où Katamase, assis sur une souche de cerisier, ressuscite l'arbre mort en lui jetant des cendres contenues dans son panier, des branches fleuries s'épanouissant autour de lui. Signé Ryûmin en rouge.


D. 5,5 cm


Poids total : 86 g (Fines gerces)


Collection particulière de Monsieur B.


Luxembourg


Private Collection of Mr B. Luxembourg

プライベートコレクションドムッシュB。

ルクセンブルク


NETSUKE Les collectionneurs et amateurs avertis retrouveront à travers ces pages les différents types de netsuke; kagamibuta du XIXe siècle et manju en forme de gâteau; ainsi que la plupart des thématiques habituelles. Cet accessoire, indispensable jusqu'au XIXe siècle au pays du soleil levant, accompagnait l'habit traditionnel japonais et faisait office de contrepoids en tenant en suspension à la ceinture du kimono, au bout d'une cordelette généralement reliée à une bourse ou bien, pour les hommes, à une petite boite à sceaux et médicaments dotée d'un ou plusieurs compartiments, appelée inrô.


L'ar t du netsuke japonais consiste en ces petits portraits en miniature de personnages et scènes légendaires, issus des contes, et la représentation d'animaux du bestiaire mythologique inspiré du zodiaque et à forte valeur symbolique, comme le rat, le tigre (exporté de l'imagerie chinoise) ou le cheval. D'autres encore, représentent plus simplement des


OKIMONO À différencier du netsuke comme objet de sculpture artisanale par sa fonction, sa taille et son motif de fabrication, l'okimono; que l'on retrouve généralement en ivoire; connut un développement tardif au Japon, principalement depuis l'ère Meiji et à destination des occidentaux pour répondre à leur forte demande.


Correspondant à des critères décoratifs et non utilitaires comme le netsuke, l'okimono est de taille plus grande et repose souvent sur une petite terrasse, sans himotoshi (deux petits trous pour faire passer la cordelette dans un netsuke) puisqu'il n'avait pas vocation à être porté.


scènes de la vie courante comme des commerçants et artisans à l'oeuvre, ici en bois, corne ou ivoire, sculptés avec finesse et bonhomie.


Réputé pour son expressivité et recherché pour son originalité, le netsuke est l'une des formes d'ar t les plus développées au Japon, dont l'origine est encore controversée en datation, approximativement entre le IXe siècle et, plus tardivement, le XVe siècle. La généralisation du netsuke au Japon s'opère véritablement au


XVIIe siècle, et illustre aussi bien les rapports étroits de l'art chinois et japonais, que les échanges commerciaux réalisés, comme pour l'ivoire en provenance de Chine. Un luxe pour la fabrication, notamment de pièces uniques remarquables pour leur grande finesse, et que les artisans de netsuke réservaient aux plus importantes commandes japonaises. L'âge d'or des netsuke est considéré comme la période


Edo (1603- 1868) et durera jusqu'à l'ouverture et l'occidentalisation du Japon, induisant le port de moins en moins fréquent du kimono.


Lots 12 à 58

Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue