BOLIVAR SIMON (1783-1830).

Lot 10
Aller au lot
Estimation :
2500 - 3000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 3 900EUR

BOLIVAR SIMON (1783-1830).

« El Libertador », héros et libérateur d’Amérique du Sud. L.S. « Bolivar », Guayaquil 21 août 1829, à Daniel Florence O’LEARY ; 2 pages et demie in-4 (fente réparée au dernier feuillet, lettre montée sur onglet sur un feuillet in-fol. de papier vélin) ; en espagnol.
Importante lettre politique alors qu’il souhaite quitter la présidence de la Grande Colombie. [Daniel Florence O’LEARY (1801-1854), général irlandais et diplomate britannique en Colombie, devint, pendant les guerres d’indépendance en Amérique du Sud, l’aide de camp de Simon Bolivar. Le 20 janvier 1830, lors de l’ouverture du Congrès réuni afin d’éviter la dissolution de la Grande-Colombie, à la suite du conflit avec le Pérou et de la déclaration d’indépendance du Venezuela, Bolivar présenta sa démission, qui ne fut acceptée que le 4 mai ; il mourut le 17 décembre]. Bolivar remercie O’Leary de ses lettres, et surtout de son conseil de ne pas aller à Bogota pendant les sessions du Congrès, pour qu’on ne puisse pas dire qu’il l’a influencé dans ses délibérations, ou qu’il l’a opprimé de son pouvoir (« yo no debo ir á Bogotá durante las sesiones del Congresso, para que no se diga que yo ho influido en sus deliboraciones, ó lo he oprimido con mi poder »). Plusieurs personnes lui avaient déjà donné ce conseil, et sa tête le lui avait dit plus que quiconque ; et la multitude aurait pu croire qu’il s’envolait pour Bogota. Mais en le contraignant, on le désespère plus encore qu’il ne l’est déjà. Ne serait-il pas mieux pour la Colombie, pour lui et plus encore pour l’opinion nationale, qu’on nomme un Président et qu’il reste un simple Généralissime ? Il ferait des rondes autour du Gouvernement comme un taureau autour de son troupeau de vaches. Il le défendrait de toutes ses forces et de celles de la République. (« ¿ No sería major para Colombia y para mí, y aún más para la opinion nacional, que se nombrase un Presidente, y á mí se me dejase de simple Generalísimo ? Yo daría vueltas al rededor del Gobierno com
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue