[HUMANISME]. SAINT BASILIUS. DE LIBERALIBUS…

Lot 15
40 000 - 60 000 €
Résultats avec frais
Résultat: 46 800 €

[HUMANISME]. SAINT BASILIUS. DE LIBERALIBUS…

[HUMANISME]. SAINT BASILIUS. DE LIBERALIBUS STUDIIS (EX VERSIONE LEONARDO BRUNI). —
PLUTARCHUS. VITA MARCI ANTONII (TRADUCTION LEONARDO BRUNI). — PSEUDO-PLUTARCHUS. DE LIBERIS EDUCANDIS (TRADUCTION DE GUARINO VERONENSIS). — XENOPHON. HIERO (TRADUCTION DE LEONARDO BRUNI).
En latin, manuscrit sur papier
Italie, sans doute Gênes, daté 1439 61 ff. + 3 ff. blancs (ff. 62-64), précédés de deux feuillets de garde, l'une de papier, l'autre de parchemin ancien, suivis d'un feuillet de garde de papier, manuscrit sur papier (filigranes dont l'un proche de Briquet n°6641, fleur en forme de tulipe: Sienne, 1434; n°6642:
Florence, 1140), complet (collation: i-viii8), écriture humaniste cursive à l'encre brune (on distingue deux mains: main A, ff. 1-51v; main B, ff.
51v-61), texte sur deux colonnes (justification: 130 x 200 mm), 31 lignes par colonne, réclames au verso du dernier feuillet de chaque cahier; l'une d'entre elles (f. 16v) est apparemment fautive, mais elle introduit un mot qui fait défaut («Cyanum») en tête du cahier suivant, initiales peintes en bleu et filigranée à l'encre rouge (pour les préfaces) ou en rouge et filigranée à l'encre violette (pour les textes).
Reliure moderne de veau brun moucheté, dos lisse, pièce de titre de cuir rouge avec lettres dorées «Pluta», filet à froid en encadrement sur les plats, tranches rouges, coupes guillochées (déchirure au fol. 1, sans atteinte au texte (manque à une inscription rajoutée a posteriori), quelques rousseurs sans gravité et papier taché par endroits). Dimensions: 268 x 195 mm.
Manuscrit humaniste copié et compilé du vivant des traducteurs du grec vers le latin que sont Leonardo Bruni dit l'Arétin et Guarino Veronese.
Ce manuscrit est un recueil d'auteurs grecs traduits en latin par Leonardo
Bruni dit l'Arétin [(1370-1444), chancelier florentin, humaniste, traducteur et historien] et Guarino Veronese [(1374-1460), humaniste italien, qui se rendit à Constantinople (1403-1408/09), où il apprit le grec avec Manuel Chrysoloras et rapporta des manuscrits grecs].
Ce recueil est contemporain des humanistes qui les ont rendus accessibles au monde occidental. Peu de temps après ses débuts de l'apprentissage du grec sous la direction de Manuel Chrysoloras, Leonardo Bruni livre ses deux premières traductions d'auteurs grecs. Il commence avec la traduction de la lettre de saint Basile sur la jeunesse, puis il donne une version du Hiero de Xénophon.
Le choix des textes associés dans le présent manuscrit pourrait découler du débat qui oppose alors Coluccio Salutati et Bruni à propos de la royauté et de la république, le texte de Hiero opposant le roi légal au tyran. Rappelons que Coluccio Salutati (1331-1406), chancelier de la république de Florence et humaniste, avait fait venir en 1397 le savant byzantin, Manuel
Chrysoloras (né en 1350) pour enseigner le grec à Florence: Léonard Bruni, Pierre-Paul
Vergère et Palla Strozzi comptent parmi ses élèves. Bruni choisit ce traité de Xénophon qui défend le gouvernement juste contre la tyrannie: l'ouvrage devenait symbole de hauteur morale et contredisait les critiques pour qui les auteurs païens pervertiraient la jeunesse. D'autre part, Bruni semble aussi choisir le Hiero pour soutenir la promotion de l'enseignement du latin et du grec aux enfants face aux critiques qui prétendent que la lecture des auteurs païens ne peut que pervertir la jeunesse. Les trois autres textes choisis reflètent bien le profit que le chrétien pouvait tirer des lectures helléniques païennes et l'importance de ces textes dans le cursus éducatif.
Le De liberalibus studiis de Basilius, le De liberis educandis du Pseudo-Plutarque et le Hiero de Xénophon se trouvent déjà associés dans l'édition de Padoue (1474/1475) et dans un recueil un peu plus tardif (s.l.n.d., ni nom d'imprimeur, probablement à Florence, par
Lorenzo de Alopa, en 1496).
PROVENANCE: 1. Manuscrit copié en Italie par Johannes de Logia, notaire de Gênes, le 31 mars 1439 (main A, ff. 1-51v) et terminé par une seconde main (main B, ff. 51v-61). L'attribution au scribe est suggérée par une note au verso du feuillet de garde de parchemin. On y lit: «MCCCCXXXVIIIIo die XXXI Marcii. Noverint universi et singula hoc volumen in quo conscripte sunt vite Baxilii cuiusdam viri religiosissimi ac honestissmi et Marci Antonii illustrissimi et duo opusculi que sequuntur v[idelicet] de liberorum educatione ac de tiranniea et privata vita transumptum fuit per me Johannem de Logia notarium licet alterius manu completum fuerit aliis agendis occupatus». La note est suivie de parafes et d'une cote «no. 29», répétée dans la marge supérieure du fol. 1. Inscription à l'encre
dans le coin supérieur droit: «Manuscripto de edu[...] liber[orum]», en parti lacunaire car manque de papier au fol. 1, coin droit supérieur.
Ce copiste n'est pas un inconnu, et on le retrouve dans le manuscrit du Vatican, BAV, Vat. Lat. 11567 (Q. Curtius Rufus, Historiarum
Alexandri Magni libri III-X), copié en 1441 pour Gottardo Stella, et dans le manuscrit de Gênes, Coll. Durazzo 50 [A IV 16] (Q. Curtius
Rufus, Historia Alexandri Magni), copié en
1445 à Gênes pour Antonietto Grillo (cf. J.
Ruysschaert, Codices Vaticani latini, Rome, 59, p. 318; D Puncuh, I manoscritti della Raccolta Durazzo, Gênes, 1979, p. 120).
Les filigranes du papier utilisé pour ce manuscrit confirment que le codex fut copié dans le nord de l'Italie.
TEXTE: ff. 1-8, S. Basilius, De liberalibus studiis (Leonardo
Bruni trad.) (f. 1): [Leonardus Bruni Aretinus
ad Colucium Salutatem] incipit préface: «Ego tibi hunc librum Coluci ex media ut aiunt Grecia delegi...»; f. 1v, incipit texte: «Multa sunt filii que hortantur me ad ea vobis consulenda....»
Edition: S. Basilius, Discorsi ai giovani, éd.
M. Naldini (Florence, 1984), pp. 229-248. La préface est une lettre de Leonardo Bruni, dit l'Arétin, à son mentor, Coluccio Salutati (1331-1406), ed. Baron (1928), pp.99-100.
ff. 8-38v, Pseudo-Plutarque, Vita Marci Antonii (Leonardo Bruni trad.)], prologue de Leonardo
Bruni à Coluccio Salutati, «Marci Antonii vitam multiplici ac varia historiarum serie contextam et vel magnitudine rerum vel multabilitate fortune admirandam ad te, Salutate, in hoc libro mittimus, e greco sermone in latinum traductam...»; incipit, «Marco Antonio avus fuit Antonius orator quem Sillanos partes secutum C. Marius necavit...».
Edition de la préface: Baron (1928), pp. 102- 104; M. Pade, The Reception of Plutarch's
Lives in the Fifteenth-Century Italy (Copenhagen, 07), vol. 2, pp. 153-155. Le texte est paru en entier dans l'édition princeps en latin des «Vies parallèles» de Plutarque, Rome, Udalricus Gallus, 1470 (?).
ff. 39-51v, Pseudo-Plutarchus, De liberis educandis (Guarino Veronensis trad.)], préface incipit, «Maiores vostros Angele mi suavissime non admirari et maximis prosequi laudibus non possum»; incipit texte, «Quidnam est quod de ingenuorum educatione liberorum dicere...»;
Édition princeps à Padoue, en 1474 ou (cf. R. Weiss, «Lo studio di Plutarco nel trecento», dans La Parola del Passato, 8, 1953, pp. 321-342). L'attribution de ce traité à Plutarque est discutable et discutée. Mais il émane selon toute probabilité de son entourage.
ff. 51v-61, Xénophon, Hiero ou De la tyrannie [Xenophontis super disputationibus habitis inter Hieronem tirannum et Simonidem poetam], traduction de Leonardo Bruni, incipit prologue, «Xenophontis philosophi quendam libelli quem ego ingenii exercendi grati...»; incipit texte, «Cum ad Hieronem tirannum Simonides poeta aliquando venisset...»; explicit, «[...] pulcherimam ac beatissimam rem possidebis felix enim cum sis nemo tibi mundebit. Explicit deo gracias amen» [suivi des parafes ou essais de plume que l'on trouve également au verso de la page de garde de parchemin en début de manuscrit]. Edition de la préface: Baron (1928), pp. 100-101.
BIBLIOGRAPHIE:
Baron, H. Leonardo Bruni Aretino. Humanistisch-
Philolophische Schriften, mit einer
Chronologie seiner Werke und Briefe, ed.
W. Goetz (Quellen zur Geistesgeschichte des Mittelaters und der Renaissance, 1), Leipzig-Berlin, 1928
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue