Lot 2
35 000 - 50 000 €
Résultats avec frais
Résultat: 265 180 €

NGUYEN NAM SON (1890-1973)


Paysannes du Tonkin, circa 1935
Encre et couleurs sur soie, signée en haut à droite et en bas à gauche et titrée en bas à gauche
65 x 52.5 cm - 25 1/2 x 20 5/8 in.
Ink and color on silk, signed upper right and lower left, titled lower left
Mực nho và màu nước trên lụa,
ký tên ở góc trên bên phải
PROVENANCE
Ancienne collection privée, Hanoï
Acquis avant 1960 par les parents de l'actuel propriétaire
Bộ sưu tập tư nhân, Hà Nội
Thuộc quyền sở hữu của cha mẹ
chủ nhân bộ sưu tập từ trước năm 1960
EXPOSITION
Salon de la SADEAI, Hanoï, 1936

Nguyen Van Tho, plus connu sous son nom d'artiste Nam Son, naît à Hanoï en 1890 et étudie au lycée du protectorat, où il est initié à l'art occidental. Attiré par le dessin, il collabore à l'illustration de nombreux manuels, journaux et revues.
Ses prédispositions lui permettent de rencontrer Victor
Tardieu, lauréat du prix de l'Indochine de 1920, qui devient son mentor. Aux côtés de son maître, l'artiste vietnamien s'exerce avec brio à la peinture à l'huile et expose ses premières toiles dès 1923.
Ensemble, disciple et enseignant fondent, en 1924, l'Ecole des Beaux-Arts de Hanoï, où sont pareillement enseignées les techniques artistiques occidentales et asiatiques, telles que la peinture sur soie ou la laque. Véritable vivier de talents, l'établissement donnera par la suite naissance aux plus grand noms de la peinture vietnamienne, à l'image de Le Pho, Mai Thu ou encore Vu Cao Dam.
Cette encre et couleurs sur soie met en scène trois personnages à la récolte de banane, scène de la vie quotidienne du Vietnam de l'époque. Si le sujet atteste d'un héritage typiquement asiatique, la composition en plusieurs plans successifs révèle quant à elle une inventivité éminemment moderne, tirée des enseignements occidentaux.
Nguyen Van Tho, better known as Nam Son, was born in Hanoi in 1890 and went to the High School of the Protectorate, where he was introduced to Western art. Attracted by drawing, he contributed to the illustration of numerous manuals, newspapers, and magazines.
His predispositions allowed him to meet Victor Tardieu, winner of the Indochina Prize of 1920, who became his mentor.
Alongside his master, the Vietnamese artist brilliantly painted in oil and exhibited his first paintings in 1923. In 1924, the pupil and teacher together founded the Hanoi School of Fine Arts where both Western and Asian techniques, such as silk painting and lacquer, were taught. A veritable talent pool, the establishment later produced the biggest names in Vietnamese painting, including Le Pho, Mai Thu, and Vu Cao Dam.
This work in ink and colors on silk depicts three figures at a banana harvest, a scene of daily life in Vietnam at the time. While the subject demonstrates typically Asian heritage, the work's composition in several successive picture planes reveals eminently modern inventivity coming from
Western teachings.
Du 03/12 au 31/12/1936, la Société Annamite d’Encouragement à l’Art et à l’Industrie (SADEAI) ouvre ses portes à Hanoi au « Salon
1936 », 12 rue Borgnis-Desbordes (garage Bainier, rue Tràng Thi), avec le triomphe de la peinture sur soie et de la laque. Un témoignage intéressant sur la situation de l’École des Beaux-Arts de l’Indochine nous est donné par Pierre Gourou 1 :
« Victor Tardieu organisa un Salon annuel, qui était un événement de la vie hanoïenne ; il sut créer un vif mouvement d’intérêt autour de ses élèves, il sut les orienter vers les arts décoratifs et, par conséquent, leur assurer des possibilités nouvelles d’intérêt et des ressources supplémentaires. »
(« Les Beaux-Arts en Indochine »,
revue France-Illustration, No190, 1949, numéro spécial sur l’Indochine).
Nam Sơn y expose ses 4 peintures sur soie, parmi lesquelles Paysannes du Tonkin, 65 x 50 cm.
Dans les «archives Nam Sơn» conservées par sa famille, nous avons trouvé des photos de cette toile avec la légende « Nguyễn Nam Sơn - Paysannes du Tonkin – Soie – Salon de la SADEAI 1936 »
Cette peinture sur soie est dominée par la couleur vert-turquoise, tendre mais variée et fraiche, représentant trois paysannes tonkinoises.
La première, la plus jeune, porte sur son épaule un régime de bananes suspendu au bout de sa palanche. On devine sur l’autre bout, caché
derrière son dos, une autre charge pour équilibrer sa démarche. Elle est belle, ses longs cheveux s’enroulent dans une bande de tissu noir, telle une couronne autour de la tête. Elle porte une chemise couleur blanc cassé qui a la forme de la tunique à quatre pans mais courte et boutonnée. Cette chemise a une encolure largement échancrée, s’ouvrant au niveau de la poitrine sur le cache-seins couleur corail pour atténuer la profondeur du décolleté. Un large pantalon noir est tenu par une bandelette de couleur bleue qui lui sert en même temps de ceinture et de «porte bourse». Autour du cou pendent des amulettes porte-chance ou contre le mauvais oeil.
Derrière elle se tiennent deux femmes plus âgées. C’est l’hiver, elles portent des pardessus en paille. Pour se protéger la tête du froid, elles se sont
nouées un fi chu en forme de bec-de-corbeau, signifi ant ainsi qu’elles sont en tenue de sortie. Toutes trois symbolisent le style traditionnel et
familier de la campagne du Nord Vietnam. Au premier plan, en bas à droite, on aperçoit un joli groupe de feuillage aux tons variés de vert, façon art-décoratif emprunté à l’École des Beaux-Arts de Paris.
En toile de fond de cette peinture, on remarque aussi le chapeau à large bord en feuilles de latanier, qui donne l’équilibre dans la composition. Il ressemble à une grande feuille de lotus ou une lune parcourue de sillons tels des nervures. Au loin, l’ombre des arbres se dessine.
En haut à droite, la signature en latin «NGUYỄN NAM SƠN» et un sceau de forme hexagonale. En bas à gauche, la signature en caractère chinois
还剑湖阮南山筆意, signifi ant « la peinture de l’humble personne du lac de l’Épée Nguyễn Nam Sơn » – (Thần Kiếm hồ Nguyễn Nam Sơn
bút ý), avec un sceau carré. Avec le temps, les deux sceaux se sont estompés les rendant difficilement déchiff rables.
Ce tableau est dans son cadre d’origine. Un cachet de la fabrication du cadre se trouve au dos : « Tam Thọ Bồi Tranh – Bùi Ngọc Lưu – No
58, rue Maréchal Pétain, Hanoi ». La maison Tam Thọ est réputée pour encadrer les tableaux et sa spécialité est le maroufl age de la peinture sur
soie utilisant une technique ancestrale. Nam Sơn a l’habitude de commander ses cadres en cet endroit et y a même envoyé sa première fille
pour apprendre cette technique.
(Bulletin de l’Agence économique de l’Indochine, mars 1932, page 115).
Paris le 5 mars 2018
NGÔ Kim-Khôi
Nous remercions monsieur NGÔ Kim-Khôi pour les informations précieuses qu’il apporte dans cet article.

1. Pierre Gourou, 1900-1999, fut professeur en Indochine. Il a écrit de savants volumes de géographie : « L’Asie moins l’Asie Russe », « L’Indochine française », « Le Japon», «Les paysans du Delta tonkinois», « Le Tibet », « Le Tonkin »… Son étude de géographie humaine : « Les paysans du
Delta tonkinois » présente une haute valeur descriptive et documentaire et nous renseigne sur les hommes et le cycle de leurs travaux.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue