1939 Citroën «Victoria» BIG SIX

Lot 39
Aller au lot
40 000 - 70 000 €
Résultats avec frais
Résultat : 133 380 €

1939 Citroën «Victoria» BIG SIX

Une icône unique pour tous collectionneurs de Traction
Restauration sans limite de coût
Allure incroyable et historique limpide

Titre de circulation suisse
N° série Slough: 118 012/coque PVL6 113
N° série Javel: 681 719/coque EE 08 86
Moteur: PD 00944 du 15/05/1939
Boite de vitesse du 10/07/1939

Réputée le haut de la gamme Traction Avant à sa sortie en 1938, la 15cv Six cylindres s'impose très vite, mais la production de ces modèles dont le moteur tourne à gauche sera interrompue en 1940 et restera donc limitée, les survivantes en sont rares aujourd'hui.
La filiale de Citroën à Slough en Grande-Bretagne construit des voitures depuis 1925, et des Traction depuis leur début en 1934, le montage de la Six cylindres entre dans cette logique. Le climat international incite à la prudence, aussi seulement 50 numéros de série sont réservés à une première série de ce nouveau modèle, il sera désignée ‘Six' simplement mais avec évidence. Slough n'étant pas encore tout à fait prêt pour cette voiture, son mode de fabrication va être différent du processus habituel où les voitures sont entièrement montées en Grande-Bretagne. Ici la carrosserie est assemblée à Paris, quai de Javel, et dotée de sa mécanique. A son arrivée à Slough on l'habille de toutes les spécificités britanniques, une luxueuse sellerie en cuir, un tableau de bord habillé de bois, un circuit électrique en 12 volts, et montage d'un accastillage très anglais.
Avec cette ‘Six', il s'agit de la version ‘Grand Luxe', donc la plus richement dotée en accessoires: phares Lucas diamètre 27 cm, feux de croisement Trippe, klaxon Windtone, phares longue portée. La sellerie en cuir avec accoudoirs possède des tablettes aux places arrière, volant Brooklands (ici d'origine est rarissime), faisant de cette Citroën une vraie petite Bentley. De la sorte la Six acquiert une nouvelle personnalité qui lui va particulièrement bien. Mais ayant été montée à Javel elle porte numéros de série et numéro de coque français, auxquels s'ajoute le numéro de série Slough puisqu'elle sort finie de cet atelier.
La presse à l'époque, selon ‘The Autocar', chante les louanges de la nouvelle six cylindres: au-delà des performances, c'est le comportement routier qui impressionne le plus les chroniqueurs, ceci ajouté au confort et à la visibilité dont on bénéficie au volant. Cette voiture unique, la seule survivante connue de la série d'avant-guerre, a un historique parfaitement connu et très intéressant. Elle commence sa carrière dans le monde diplomatique en Afrique du Sud où elle est immatriculée la première fois le 16 février 1940. Elle est la propriété de Gert Joannes du Plessis Esq. jusqu'aux années 1970. Elle est alors achetée par le spécialiste Citroën Steve le R. à Johannesburg, qui l'héberge pendant de longues années avant la céder en 1980 à Mr Olivier de Serres. Chez ce collectionneur qui l'accueille avec une émotion renforcée par des traces de sable rouge venu d'Afrique dans tous les recoins de la voiture, elle reçoit des soins cosmétiques sur sa peinture noire mais n'est pas encore remise en route. Avec son habitude de donner des noms féminins à ses automobiles, sa nouvelle venue britannique sera baptiser ‘Victoria'.
Quelques années plus tard la belle ‘Six' va changer de mains à nouveau et entre dans une collection en Belgique consacrée aux 15 Six chez Mr Nico Michon. Là elle fait l'objet d'une restauration complète, carrosserie, sellerie, mécanique, elle est repeinte en gris métallisé, ceci inspiré du catalogue anglais de l'époque. Ce dernier la conservera plusieurs années avant de la céder à son propriétaire actuel en Suisse.
Chez lui la belle Victoria subit une nouvelle restauration extrêmement approfondie, tout est refait à neuf chez les meilleurs spécialistes de chaque discipline. La restauration se déroulera sur 2 ans entre 2016 et 2018. La carrosserie est confiée aux Ets Huber Haberbusch, elle est alors repeinte en ‘Bleu Imperial', sa couleur d'origine retrouvée au fur et à mesure que la restauration de la carrosserie avançait. La mécanique est confiée à JC Tilly, la transmission à Roger Williams et l'électricité aux Ets Rosser. Aussi impressionnante qu'à son premier jour, elle est équipée d'un set de Michelin 185x400 et fonctionne parfaitement.
Restauration entre 2016 et 2018, carrosserie; mécanique J.C. Tilly, transmission Roger Williams, électricité Ets Rosser. Lhabitacle n'est pas en reste, la sellerie réalisée par Andover Family U.K. et les Ets André Gespolsheim en suisse est superbe. 
Modèle absolument unique et dans un état exceptionnel, dotée d'un historique limpide, cette Six' de 1939 est une voiture de connaisseur. Sa présence offre une chance rare d'acquérir une voiture qui a déjà suscité beaucoup d'enthousiasme au dernier salon Rétromobile.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue