MAI trung THU (1906-1980)

Lot 220
Aller au lot
Estimation :
550000 - 750000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 794 720EUR
MAI trung THU (1906-1980)

En plein air, circa 1940-45

Encre et couleurs sur soie, signée en bas à gauche, titrée au dos

73 x 53.8 cm - 28 3/4 x 21 1/8 in.


Une attestation d'inclusion au catalogue raisonné de l'artiste actuellement en préparation par Charlotte Aguttes-Reynier pour l'association des Artistes d'Asie à Paris sera remise à l'acquéreur


PROVENANCE

Collection privée, Paris (acquis lors d'une exposition à Paris, circa 1946)

Collection privée, France (par descendance)


Élève emblématique de la première promotion de l’École des Beaux-Arts d’Indochine, Mai Trung Thứ fait partie des six candidats reçus au concours sur les 266 présentés. Durant cette formation, il apprend une technique particulière à mi-chemin entre tradition asiatique et goût européen : la peinture sur soie. Mai Trung Thứ explique cette technique lors d’une entrevue organisée à la galerie de l’Institut à Paris à l’occasion de l’exposition Mai Thu – Vietnamien de Paris et peintre sur soie: «On prépare d’abord la colle, de farine, de riz ou d’amidon, nous explique-t-il. On y ajoute de l’alun dans la proportion d’un tiers. L’alun permet la conservation du tableau et, de plus, rend lisse la surface de la soie, facilitant ainsi le travail de l’artiste. La soie doit être sans mélange, très mince. (…) Le dessin peut être esquissé au fusain ou au crayon. Les couleurs, aquarelles, détrempe ou gouache, sont appliquées avec force, afin que les fibres de l’étoffe en soient imprégnées. Aussi est-il préférable de se servir d’un pinceau pour peinture à l’huile. Le tableau est ensuite lavé à l’eau. Ce lavage atténue les couleurs et leur permet de mieux s’harmoniser. Il exige beaucoup de soins, car si la soie se décolle, il est difficile de la recoller. » 1


Si Mai Trung Thứ a également appris l’huile sur toile, qu’il pratique au début de sa carrière, il l’abandonne rapidement au profit de la peinture sur soie. Cette technique lui permet de mettre en valeur un thème qui lui est cher: les jeunes élégantes. La douceur permise par les lavements successifs des couleurs apporte un aspect raffiné qui s’observe dans En plein air. Réalisée au début des années 1940, cette œuvre permet à l’artiste d’exalter la beauté de ses modèles. L’une est absorbée par sa lecture tandis que l’autre est perdue dans ses songes. Elles sont vêtues de l’áo dài, tenue traditionnelle qui souligne leurs courbes gracieuses et leurs tailles fines. Les cheveux délicatement relevés en chignons et les lèvres maquillées de rouge, ces deux femmes sont d’une élégance et d’un raffinement exquis. La forme ovale de leur visage est caractéristique des œuvres réalisées dans ces années et souligne la représentation des canons vietnamiens.


Les accessoires utilisés dans la composition complètent cette vision vietnamienne. En effet, les coussins-accoudoirs sur lesquels repose l’une des jeunes femmes mais aussi la petite boite en bois sont des objets typiquement asiatiques. Si l’influence extrême-orientale imprègne cette œuvre, elle emprunte également au répertoire de l’histoire de l’art européen. Ainsi, si l’artiste s’est distingué par ses illustrations de mode dans des revues vietnamiennes spécialisées, la tenue arborée par les jeunes femmes cite également le drapé pli mouillé de la statuaire grecque. Associée au foulard, ils servent de prétexte à la représentation du mouvement. Le mouvement et plus particulièrement la torsion du corps suivant une ligne serpentine est également représenté, empruntant ces codes aux maniéristes italiens du XVIe siècle. Enfin, bien que d’influence asiatique, la construction du paysage et l’équilibre de la composition n’est pas sans évoquer les maîtres anciens. Restant fidèle à l’un de ses thèmes favori, Mai Trung Thứ démontre qu’au-delà de sa parfaite maîtrise de la technique, il sait aussi savamment mêler les références tout en proposant une vision idéale de la culture vietnamienne. 


Là học sinh tiêu biểu cho khóa đầu tiên của trường Cao đẳng Nghệ thuật Đông Dương, Mai Trung Thứ là một trong sáu thí sinh trúng tuyển trong số 266 thí sinh dự thi. Khi còn ngồi trên ghế nhà trường, ông đã được học về một kỹ thuật đặc biệt, giao thoa giữa truyền thống phương Đông và phong cách phương Tây : tranh lụa. Mai Trung Thứ lý giải về kỹ thuật này trong một buổi phỏng vấn được tổ chức tại phòng tranh của Viện Paris, nhân dịp triển lãm Mai Thứ - người Việt Nam ở Paris, họa sĩ vẽ tranh lụa : « Đầu tiên ta cần chuẩn bị hồ, bột mì, bột gạo hoặc tinh bột - ông giải thích. Phèn được thêm vào với tỷ lệ một phần ba. Phèn giúp bảo quản tranh được lâu hơn, làm mịn bề mặt lụa và cho phép thao tác dễ dàng hơn. Lụa cần phải được dệt hoàn toàn bằng tơ tằm, thật mỏng nhẹ. (…). Bản vẽ có thể được phác thảo bằng than hoặc chì. Màu sắc được sử dụng là màu nước, màu keo hoặc màu bột. Khi vẽ cần dùng lực để màu ngấm vào các sợi vải. Tốt hơn hết là sử dụng loại cọ dành để vẽ tranh sơn dầu. Tranh

Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue