La Revue
FRIEDRICH OLENHAINZ
DIANE AU BAIN OU PORTRAIT PRÉSUMÉ DE CATHERINA ODESCALCHI





 
« Tel que brille au matin l’incarnat de l’aurore naissante, tel a rougi le teint de Diane exposée sans voiles aux regards d’un mortel. »
Ovide, Les Métamorphoses



Moins tragique est notre destin que celui d’Actéon qui, ayant surpris la déesse Diane au bain, se vit transformer en cerf et dévoré par ses propres chiens sous les yeux de ses compagnons.

Malgré le drame imminent, c’est sous son pinceau délicat mû par un œil impudent, que Friedrich Olenhainz (1745-1803) fait de sa composition un charmant objet de contemplation. Peintre à la cour de Vienne, portraitiste de la famille de Liechtenstein et de la cour, il mêle à son talent premier celui de la représentation d’un épisode mythologique. Ici, les traits singuliers de la déesse suggèrent le visage véritable qui les a inspirés et qui pourrait être celui de Caterina Odescalchi (1765-1839), comtesse de Bracciano, Sirmio et Ceri. Connus d’Oelenhainz, il avait réalisé peu de temps auparavant un portrait de la jeune femme, représentée à mi-corps, la tête ceinte d’un ruban perlé et vêtue d’une robe jaune.

Mais ici avec charme, le peintre outrepasse les conventions du portrait classique en contextualisant le modèle sur fond de récit mythologique. Se détachant de sombres frondaisons, la jeune déesse pudiquement dénudée suspend son geste, le rose lui montant aux joues tandis que nous brisons la sacralité des lieux. La présence des autres nymphes demeure anecdotique et toute notre attention se porte sur le corps mis en lumière de la déesse. Celle-ci nous est offerte dans un écrin de draperies rouges et blanches, écho aux teintes choisies pour ses chaires et dont émane toute la luminosité du tableau. 

Admis à l’Académie des Beaux-Arts de Vienne en 1789, Oelenhainz expose cette œuvre au Salon de 1789, époque à laquelle il se trouve dans la collection d’un comte Überacker avant qu’elle ne soit gravée dix ans plus tard par un certain Traunfellner. La gravure mentionne une dédicace au prince Charles-Philippe de Schwarzenberg (1771-1820) pour des raisons qui nous demeurent inconnues. Le tableau comme la gravure ne seraient-ils plus que les témoins de relations dont ils ne sont plus que les lointains échos ?




FRIEDRICH OELENHAINZ
Diane au bain ou Portrait présumé de Caterina Odescalchi
Huile sur panneau
62 x 49,5 cm




L’histoire et les mystères de la commande seront dévoilés par notre département des Tableaux et Dessins anciens à l’occasion de notre prochaine vacation consacrée aux Maîtres anciens, le 17 novembre prochain, à l’Hôtel des Ventes de Neuilly-sur-Seine.





TABLEAUX & DESSINS ANCIENS

Vente aux enchères
Le jeudi 17 novembre 2022
Aguttes Neuilly


Grégoire Lacroix
Directeur du département Tableaux & Dessins anciens
+33 1 47 45 08 19 • lacroix@aguttes.com