Jiang GUOFANG (né en 1951)

Lot 14
195 000 - 200 000 €
Résultat: 235 875 €

Jiang GUOFANG (né en 1951)

The eldest princess, 1995
Huile sur toile, signée et datée en bas à droite 185.5 x 299 cm - 74 1/4 x 177 3/4 in. Oil on canavs, signed and dated lower right.
Un certificat émis par Schoeni Art gallery Ltd sera remis à l'acquéreur.
Bibliographie: Jiang Guo Fang Masters Paintings 1991 à 2001: The Forbidden City, Schoeni Art Gallery, Hong Kong, Chine, 2001 (repr. P 66-67).
Jiang Guo Fang: The Forbidden City, Jilin Fine Arts Press, Changchun, CHina, 2004 (repr. P 32-33).
Exposition Jiang Guo Fang Solo Exhibition, Mai 2001, Schoeni Art Gallery, Hong Kong, Chine.

Provenance Collection privée de l'artiste Schoeni Art Gallery, Hong Kong, Chine, 2001. Acquis directement à cette galerie par un collectionneur européen Collection privée de Madame C., France. C'est en 1993 que Jiang Guofang commence la série d'oeuvres qu'il va réaliser sur la Cité Interdite. Notre tableau, «The eldest princess », est daté de 1995 et illustre parfaitement le talent de l'artiste à transcender un portrait «classique » en une oeuvre au réalisme cinématographique à couper le souffle. Jiang s'inspire de la tradition chinoise aussi bien dans les décors, les costumes ou les personnages mais ne souhaite pas réaliser une peinture d'histoire au sens traditionnel du terme. Pour lui, ces représentations historiques ne sont que des instruments lui permettant d'exprimer ses propres conceptions artistiques. Dans la réalisation de ce portrait, Jiang montre toute l'étendue de ses connaissances en matière de peinture occidentale. La technique de la peinture à l'huile, la composition, le goût du détail et de la précision dans le rendu des étoffes, la douceur de la carnation, les gradations lumineuses, sont un hommage à Jan Van Eyck, peintre primitif flamand. La sensation de «temps suspendu » ressentie en regardant cette jeune femme qui semble nous contempler, traduit également la connaissance du peintre de l'oeuvre de Vermeer. Mais, par son immobilité, l'élégance raffinée de son vêtement, et la soumission semblant émaner de son regard mélancolique, cette jeune princesse exprime bien des thèmes de la culture orientale. En 2004, Jiang réalise une exposition personnelle au Musée de La Cité Interdite, c'est un immense succès. En 2005, il expose également à Rome sa série de portraits de la Cité Interdite, suscitant l'enthousiasme des amateurs et des critiques. Il est aujourd'hui représenté dans les plus grandes collections internationales
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue