JEAN-MICHEL BASQUIAT (1960-1988)

Lot 82
Aller au lot
60 000 - 80 000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 80 600 EUR

JEAN-MICHEL BASQUIAT (1960-1988)

I am not a crook
Huile sur carton et toile (couverture de livre), signée en bas à droite
21.5 x 15 cm - 8 1/2 x 5 7/8 in.

Oil on cardboard and canvas (book cover), signed lower right

PROVENANCE
Collection Harold Smith
Collection Jean-Maxime Koskievic
Collection Eric Brugier
Collection particulière française, acquis auprès de celui-ci

Le 17 novembre 1973, Richard Nixon, alors président des Etats-Unis, donnait une conférence de presse télévisée pour tenter de réprimer l'indignation entourant l'implication de sa présidence dans le scandale du Watergate. C’est au cours de cette conférence qu'il clama son innocence de manière spontanée en prononçant cette phrase désormais célèbre : « I am not a crook» (« Je ne suis pas un escroc »). L’ironie de cette phrase mythique vient du fait qu’une implacable enquête fédérale mena vers sa démission neuf mois plus tard.
C’est sans doute à cet épisode controversé de l’histoire des Etats-Unis que Basquiat fait référence dans cette œuvre, si caractéristique de son style. Icône de la scène artistique newyorkaise de la fin des années 1970 et 1980, Jean-Michel Basquiat était ami avec Warhol, sortait avec Madonna, et portait ses célèbres costumes Armani éclaboussés de peinture. Malgré cette image intense et provocatrice profondément ancrée dans l’imaginaire populaire, Basquiat n’en demeurait pas moins un intellectuel.
Son art était à la fois un outil de développement personnel, une commémoration de l'histoire afro-américaine et une manifestation contre la situation sociale et politique des ÉtatsUnis. Il couvrait la surface de ses toiles de nombreuses références culturelles et symboles - peints, dessinés et écrits. Aussi, I am not a crook témoigne de son art révolté et politisé - beaucoup plus que ce qui est habituellement attribué à l’artiste – et nous livre une critique acerbe des abus du pouvoir politique et des autorités publiques.

On November 17, 1973, Richard Nixon, then President of the United States, gave a televised press conference to try to suppress the indignation surrounding the involvement of his presidency in the Watergate scandal. It is during this conference that he claimed his innocence by pronouncing this now notorious phrase: “I am not a crook.” The irony of this mythical phrase comes from the fact that one relentless federal inquiry led to his resignation nine months later.
It is undoubtedly to this controversial episode in the history of the United States that Basquiat refers in this work, so characteristic of his style. Icon of the New York art scene of the late 1970s and 1980s, Jean-Michel Basquiat was friends with Warhol, dated Madonna, while wearing his famous Armani costumes splashed with paint. Despite this intense and provocative image deeply rooted in the collective psyche, Basquiat was nonetheless an intellectual.
His art was both a personal development tool, a commemoration of African American history and a protest against the social and political situation of the United States. He covered the surface of his paintings with numerous cultural references and symbols - painted, drawn and written. Also, I am not a crook is a testament to his revolted and politicized art - much more than what is usually attributed to the artist - and gives us a harsh criticism of the abuses of political power and public authorities.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue