VLAMINCK MAURICE DE (1876-1958).

Lot 180
Aller au lot
2 000 - 2 500 EUR

VLAMINCK MAURICE DE (1876-1958).

MANUSCRIT autographe signé «Vlaminck», Lettre-Préface, 31 juillet 1919; 2 pages et demie in-4 à l'encre violette.

Beau texte où Vlaminck essaie de définir sa peinture et celle de son temps.

Le manuscrit présente quelques corrections; il a servi à l'impression dans la revue La Rose Rouge.

Vlaminck répond à un ami qui l'interrogeait sur «le mouvement qui s'opère dans la “jeune peinture française”, et sur son travail. «Je ne vais jamais au musée. J'en fuis l'odeur, la monotonie et la sévérité. J'y retrouve les colères de mon grand père quand je faisais l'école buissonnière. Je m'efforce de peindre avec mon coeur et mes reins en ne [me] préoccupant pas du style. [...] Je n'ai à faire plaisir à personne qu'à moi-même. Le style “a priori” comme le cubisme, le rondisme, etc., etc., me laisse indifférent. Je ne suis pas un modiste [...] “L'uniforme cubiste” est pour moi très militariste et vous savez combien je suis peu “genre soldat”. [...] Je déteste le mot “classique” dans le sens où le public l'emploie. Les fous me font peur. La folie raisonnée mathématique, cubiste et scientifique du 4 août 1914 nous a cruellement démontré la fausseté du résultat. La peinture, mon cher ami, c'est bien plus difficile et bien plus bête que tout ça». Il ajoute quelques détails supplémentaires: «Je ne vais pas aux enterrements, je ne danse pas le 14 juillet, je ne joue pas aux courses et ne manifeste pas dans la rue. J'adore les enfants. P.S. Ne pas confondre cuisine et pharmacie».

On joint une enveloppe à l'adresse de M. Baslet (1920).
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue