PISSARRO CAMILLE (1831-1903).

Lot 139
Aller au lot
Estimation :
2000 - 2500 EUR

PISSARRO CAMILLE (1831-1903).

L.A.S. «C. Pissarro», Paris 25 mars 1887, à son fils Georges

PISSArrO [dit MANZANA-PISSARRO]; 4 pages petit in-8.

Belle lettre à son fils Georges âgé de seize ans.

Il voulait lui répondre le lendemain pour lui «donner quelques détails sur l'exposition des Indépendants qui ouvre aujourd'hui», mais sa lettre demande une réponse immédiate. Tout d'abord il va tâcher d'envoyer plus d'argent par mandat: il ne pouvait pas deviner la recrudescence de la maladie de sa femme Julie, qu'il pensait en voie de guérison, «Lucien m'ayant assuré qu'elle était mieux et que son oeil était en voie de guérison [...] Quant au dessin voilà le temps qui va se mettre au beau, j'espère que nous rattraperons le temps perdu, en attendant tu pourrais faire les cartes de l'Europe et bien faire attention à l'emplacement des capitales et des villes etc etc cela te sera très utile, [...] fais cela et surtout avec soin»... Il s'oppose formellement à la demande de Georges d'aller à l'école du soir: «je n'approuve pas, mais pas du tout», et il en énumère les raisons: il n'apprendra pas grand-chose de plus, et surtout il risque de se retrouver «avec un tas de grand garçon vicieux, grossiers, n'ayant que de mauvais exemples à te montrer: il faut t'en garder comme de la peste. Il vaut mieux attendre que je sois de retour pour reprendre nos dictées comme par le passé». Il doit voir le galeriste Georges PETIT: «je verrai s'il a réussi en quelque chose. Aussitôt que j'aurai une solution je filerai à Eragny. Lucien va voir MIRBEAU aujourd'hui pour des illustrations»...
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue