GAUGUIN PAUL (1848-1903).

Lot 61
Aller au lot
10 000 - 12 000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 12 350 EUR

GAUGUIN PAUL (1848-1903).

L.A.S. «P. Gauguin», Paris 18 janvier 1882, à Camille PISSARRO; 2 pages in-8 remplies d'une écriture serrée (sur le 2e feuillet d'un formulaire administratif de l'Agence financière des Assurances; petit trou en tête).

Très belle lettre où Gauguin soutient le moral de Pissarro, et prépare l'avant-dernière exposition des Impressionnistes.

[Gauguin travaille encore chez l'agent de change Thomereau (qu'il quittera bientôt) et utilise pour écrire sa lettre le feuillet blanc d'un formulaire qu'il avait commencé à remplir le 14 janvier 1882. Le krach boursier de janvier 1882 va l'inciter à se consacrer à la peinture.

La «7e Exposition des Artistes indépendants» ou 7e exposition des Impressionnistes s'ouvrira le 1er mars 1882 au 251 rue Saint-Honoré dans les salons du Panorama de Reichshoffen, loués par Durand-Ruel; des tensions se manifestent, notamment entre Monet et Gauguin, et avec Degas qui tenait à la présence de Raffaëlli à laquelle s'opposait Gauguin; il y aura finalement neuf exposants: Caillebotte, Gauguin, Guillaumin, Monet, Berthe Morisot, Pissarro, Renoir, Sisley et Vignon.] «Mon cher Pissarro, Je reçois ce matin votre lettre bien extraordi- naire; on dirait que le brouillard influe en ce moment sur votre moral, vous avez l'air de broyer du noir; je croyais que vous ne vous serviez plus de cette couleur. Du reste je ne suis pas très inquiet sur votre compte, je sais bien que c'est toujours long et difficile de compléter une chose quelque soit le moyen qu'on emploie mais vous avez généralement la ténacité nécessaire pour aboutir à un bon résultat». Il s'inquiète de la préparation et des dépenses de la prochaine exposition: «Tout dort nous avons un engagement de 6000 F sur les bras la brouille la plus complète dans le ménage et rien de résolu. GUILLAUMIN ne sait pas s'il doit commander ses cadres et c'est le moment de prendre une décision; ce serait vraiment triste pour quelqu'un qui n'est pas riche de faire une dépense inutile. Vous allez dire que je suis toujours fougueux et que je veux aller vite mais vous serez cependant obligé d'avouer qu'en tout cela mes calculs étaient justes [...] En tous cas je vous préviens que RAFFAËLLI fait tous ses efforts pour aller aux aquarellistes seulement il ne lâchera notre exposition que lorsqu'il sera certain d'entrer autre part et juste au moment où nous serons tenus d'exposer. Jamais on ne me retirera de l'esprit que pour DEGAS Raffaeli est un pur prétexte de rupture; il y a chez cet homme un esprit de traverse qui démolit tout. Songez à tout cela et agissons je vous en prie. [...] Il y a déjà quatre sociétés de peintres qui fonctionnent pour exposer, Dieu sait avec quel talent. Nous seuls nous ne faisons que nous chamailler»...

PROVENANCE

Archives de Camille Pissarro (21 novembre 1975, n° 37).

Correspondance, t. I, n° 21, p. 26.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue