JACOB MAX (1876-1944)

Lot 607
Aller au lot
10 000 - 12 000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 11 700 EUR

JACOB MAX (1876-1944)

Correspondance autographe adressée à Paul ÉLUARD avec lettre de Paul ÉLUARD.
Saint-Benoît-sur-Loire, entre le 5 avril et le 24 décembre 1942, 11 lettres autographes signées, 18 pages ½ in-4 à l'encre noire sur divers papiers, dont certains teintés. 2 feuillets sur papier quadrillé légèrement et uniformément jaunis; quelques lettres portent des traces d'ancien montage sur onglet, de légères brunissures avec d'infimes déchirures sur les bords. 1 lettre autographe signée de Paul
Éluard, datée «vendredi» [avril 1942], à l'encre noire sur papier.
Tous les documents sont montés sur onglets et habillés d'une reliure souple plein maroquin noir janséniste doublée de nubuck rouille signée de Loutrel. Chemise bordée de maroquin noir, plats recouverts d'un très beau papier de création de Mme Braun. Etui de même.
Correspondance autographe avec Paul Éluard durant l'année 1942 incluant une superbe lettre d'Éluard. Précieuse correspondance sur la création littéraire et poétique.
«[...] Vous êtes ce qu'il y a de plus rare: un homme nouveau qui soit un homme pourtant. Car l'excentricité inhumaine pullule, «tous les matins un fantaisiste naît» écrivait Flaubert. [...] La plus fréquente expression de la démonialité en littérature est: le charlatanisme et la méchanceté. [...] J'appelle charlatanisme le fait que le verbe s'avance sans être soutenu par le sentiment ou l'esprit réel. Il y a charlatanisme dans la manière de Mallarmé et des sous-Mallarmé habillant de givre un manque d'idées poétiques et d'invention. C'est de l'enflure: le charlatan existe chez tous les poètes et même il est une preuve de désirs magnifiques, plus magnifiques que le poète lui-même - Désaccord - Je ne confonds pas enflure avec lyrisme! au contraire! il y a lyrisme quand la sincérité accompagne le sublime comme chez Apollinaire ou Pascal. Or chez vous l'impression et l'expression se confondent: il n'y a pas un millionième de charlatanisme en vous.
[...] Et voilà pourquoi vous êtes homme et homme nouveau. Nouveau parce que vous avez habillé la poésie à votre mode, ainsi que la sensation, la philosophie et le sentiment humain. C'est le contraire de l'orfèvrerie de tels de nos confrères (souvent excellents mais trop ambitieux et satisfaits d'une beauté à la fois difficile et facile) [...] De très grands esprits dont vous êtes, je le crois, ont le droit de dire du mal de tous les hommes: Byron, l'excédé, mais il n'est pas méchant et Goethe qui est encore moins méchant. En littérature, Homère!
Si je savais le latin je découvrirais peut-être que Virgile est à mettre dans les rageurs secrets comme je mets Léonard de Vinci. Il est, on dirait, impossible d'intérioriser sans une tentation de rage. Pourtant il n'y pas de rage dans Molière, s'il y en a dans Gogol, pas trace de rage dans Shakespeare, s'il y en a peut-être dans Dostoïevski (aussi
Shakespeare est-il plus grand). Il y a trop évidemment de la rage dans
Swift et pas de trace dans Sterne, ni dans ce doux Dickens. Balzac est plein de rage; il n'y a pas de méchanceté dans Verlaine mais
Lautréamont est un démon et Baudelaire aussi. Je ne confonds pas du tout ironie avec méchanceté; quant à l'humour c'est la bonté qui ne veut pas médire et qui se décharge en souriant».
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue