FLAUBERT ACHILLE (1813-1882)

Lot 554
1 000 - 1 500 €
Résultats avec frais
Résultat : 5 850 €

FLAUBERT ACHILLE (1813-1882)

Lettre autographe signée adressée à Jules CLOQUET S.l., 17 janvier 1860, 3 pages in-8 à l'encre bleue sur un double feuillet de papier vélin.
Lettre autographe signée adressée par Achille Flaubert, frère de Gustave, à l'anatomiste et chirurgien français Jules Cloquet: «Cher et excellent maître, Un mot de ma mère qui nous parvient ce matin nous apprend que Gustave a été repris de ces accidents d'autrefois et qu'en tombant il s'est blessé à la face. Tout cela me paraît assez singulier et quelle est la vérité? Est-il bien réel que les accidents épileptiformes soient revenus? Ce serait désolant après une guérison apparente aussi prolongée. Gustave d'ailleurs, fait tout ce qu'il peut, par sa manière de vivre, pour les faire reparaître. Il fait de la nuit le jour, des excès de travail, une surexcitation continuelle et que soit enfin la nature de l'accident qu'il a éprouvé, dites-la moi et quand il sera guéri ou remis sermonnez-le d'importance à ce sujet; il vous aime beaucoup et a comme nous tous grande confiance en vous, peut-être vous écoutera-t-il avec profit pour lui. Soyez assez bon pour me répondre à ce sujet et me dire aussi ce que vous pensez de ma mère. Mille pardons, mon cher maître, de vus importuner ainsi, mais vous êtes si bon pour nous que je n'ai pas hésité à m'adresser à vous pour avoir des renseignements que vous seul pouvez me donner [...]».
Rare document attestant de l'épilepsie de Gustave Flaubert de son vivant. Achille Flaubert (1813-1882) était le frère ainé de Gustave.
Comme son père, à qui il succéda à la tête de l'Hôtel-Dieu de Rouen, il fut chirurgien. Les deux frères eurent leur vie durant des relations plutôt distantes. Jules Cloquet (1790-1883) était également chirurgien et fut l'un des premiers membres de l'Académie nationale de médecine. Il avait été l'élève du père de Flaubert et fut le maître d'Achille. En 1840, il fit un voyage avec Gustave dans les Pyrénées et en Corse. Flaubert avait pour lui du respect et de l'amitié. Gustave
Flaubert fut toute sa vie victime de crises d'épilepsie.
Ce n'est qu'après la mort du romancier que Maxime Du Camp, dans ses Souvenirs littéraires, révéla la nature de ses crises, n'hésitant pas à conclure: «Gustave Flaubert a été un écrivain d'un talent rare; sans le mal nerveux dont il fut saisi, il eût été un homme de génie.»
Guy de Maupassant, réagissant à cette publication rappela le secret qui, pendant la vie de Flaubert, avait entouré cette maladie: «Gustave
Flaubert, on le sait aujourd'hui, était atteint d'un horrible mal, l'épilepsie, dont il est mort. Tous ceux qui connaissaient ce secret, l'avaient soigneusement caché; et quand des étrangers s'étonnaient que jamais le maître ne voulait regagner seul sa maison pendant la nuit (pas même en fiacre), nous ne leur racontions point les profondes angoisses du grand écrivain qui celait son tourment comme une honte, avec une pudeur maladive.» L'événement auquel Achille Flaubert fait allusion est la chute que fit son frère dans la rue en rentrant chez lui, le 15 janvier à Paris. Dans ses lettres des jours qui suivent, Flaubert cache soigneusement la vraie nature de l'accident.
À Jeanne de Tourbey, le 21 janvier: «Dimanche au soir j'ai failli me tuer en tombant devant ma porte, et je suis encore tout hideux des coups que je me suis donnés à la figure.»
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue