BLOY LÉON (1846-1917)

Lot 484
Aller au lot
12 000 - 15 000 EUR

BLOY LÉON (1846-1917)

Les Dernières Colonnes de l'Église, manuscrit autographe signé, ainsi qu'une lettre autographe signée à son éditeur
S.l.n.d., 75 feuillets montés sur onglets, dont 71 manuscrits autographes, écrits au recto à l'encre noire. Maroquin noir, décor doré, grande croix dessinée au petit fer cruciforme, alternant ce petit fer avec un fer spécial carré à décor géométrique, dos à nerfs orné des mêmes fers, encadrement intérieur frappé aux angles d'une croix entourée de petits cercles, gardes de soie or. Étui. (René Kieffer).
Manuscrit autographe complet, composé de l'écriture régulière de Léon Bloy y compris le projet de titre, la page de dédicace et la table.
Annotations de l'imprimeur au crayon bleu. Essai de titre et dédicace (2 p) -- Avant-propos (2 p.) -- François Coppée (5 p.) «La conversion de Coppée a été le chemin de Damas de tout le monde [...]» -- Ferdinand
Brunetière (5 p.) -- J.K. Huysmans (23 p.) + 4 p. de coupures de presse
-- Paul Bourget (9 p.) -- Quelques autres noms (7 p.) -- Le Dernier poète catholique Jehan Rictus (15 p.) -- Le Mendiant prie au seuil de l'Eglise (2 p.) -- Table (1 p.). Maquette complète de l'ouvrage, comprenant des «Extraits du journal Le Temps. 1 & 2 mai 1903» placée à la suite du chapitre Huysmans (3 p.) et la réponse de Huysmans, publiée dans ce même journal, en réaction à cet article (1 p.). Bloy y critique avec cruauté des écrivains célèbres tels que Huysmans: «Je ne répèterai pas le mot terrible de Barbey d'Aurevilly à qui je l'avais présenté & qui ne put jamais vaincre son antipathie. Il y a de cela seize ou dixhuit ans Huysmans venait de publier A rebours & j'étais seul encore à pressentir la courbe infiniment elliptique par laquelle ce disciple de Médan devait arriver un jour au catholicisme de bibelot [...] De là le manque absolu de générosité d'esprit qui fait partie de la célébrité de cet écrivain. De là aussi, très certainement, cette haine carthaginoise du lyrisme, de la mélodie dans le discours qui est sa marque indélébile.
Quant une phrase pourrait finir avec éloquence, Huysmans la mutile tout à coup, lui coupe la queue méchamment, perversement avec des cisailles grinçantes & ébréchées, de même qu'un barbare ou un méchant garçon qui détruirait à plaisir une belle chose (p. 22) [...] Il parle quelque part de l'impuissance, de l'inefficacité de sa prière. Je crois bien. La prière est un don de Dieu, gratuit sans doute, comme tous ses dons, mais l'on ne peut pourtant pas supposer départi à un coeur si bas. Ce serait trop inouï d'avoir cruellement poussé son frère dans les ténèbres après l'avoir dépouillé, de triompher de ce crime depuis quinze ans & de recevoir quand même les baisers de la bouche de Jésus-Christ! C'est assez terrible déjà d'être devenu, de cette manière, la plus cannelée d'entre les dernières colonnes de son Eglise (p. 25) [...]
Ils ont repoussé Hello, ils ont en horreur Barbey d'Aurevilly, ils n'ont pas même voulu connaître Verlaine, mais ils se jettent à Huysmans, & il faut tout de même leur dire merci. C'est à sangloter» (p. 37).
Huysmans avait été pourtant son ami pendant quelques années. En effet, en septembre 1885. Bloy passe quelques jours chez lui à Lourpsen-Brie (Seine et Marne). Bloy écrira au sujet d'En rade, dont il assista à la rédaction au cours de son séjour, un élogieux compte rendu dans
L'Art moderne. Dès 1889, leurs rapports se figent, faits d'incompréhension et de malentendus mutuels. Le 1er juin 1891, il publie dans La Plume un article sur Là-bas de Huysmans qui scellera leur rupture.
Lettre autographe signée de Bloy à son éditeur Alfred Vallette, Lagny, 12 août 1903, 1 page sur un feuillet in-8, montée sur onglet. La lettre accompagne une dernière version d'une partie du texte et un ajout à une note «Au revoir, mon cher Vallette. On ne s'amuse pas dans ma peau.». Ce texte a paru au Mercure de France en 1903.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue