BARBEY D'AUREVILLY JULES (1808-1889)

Lot 470
Aller au lot
1 500 - 2 000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 1 950 EUR

BARBEY D'AUREVILLY JULES (1808-1889)

La Belle Affaire, manuscrit autographe
S.l.n.d., 3 pages in-4 à l'encre violette, rouge et noire, sur 3 feuillets de papier vélin. (Les feuillets, qui portent des indications au crayon typographique bleu ont été découpés pour la mise en page et remontés. Le manuscrit porte 33 corrections autographes). (Traces de scotch et légers manques de papier).
Féroce critique théâtrale, dans laquelle Barbey exprime ses opinions sur les femmes tout en rendant hommage à Baudelaire et Stendhal.
Superbe manuscrit aux encres de couleurs tout à fait représentatif de l'esprit de Jules Barbey d'Aurevilly.
À côté de son oeuvre romanesque, Barbey d'Aurevilly est l'auteur d'un très grand nombre d'articles de critiques, littéraire, théâtrale et politique, que l'écrivain donna principalement au journal Le Pays.
À côté de quelques articles louangeurs, comme celui consacré aux Fleurs du mal, ceux-ci étaient surtout l'occasion pour Barbey de donner libre cours à sa verve polémique et à dénoncer la bêtise sous toutes ses formes.
Dans cet article publié le 26 septembre 1869, il choisit pour victime
Édouard Cadol (1831-1878), auteur dramatique, romancier et journaliste aussi prolifique que médiocre, qui fut un temps le collaborateur de Jules Verne.
Celui-ci avait porté à la scène l'année précédente une autre pièce, Les Inutiles, ce qui donne à Barbey l'occasion d'écrire à propos de La Belle Affaire: «L'auteur, M. Cadol, l'auteur aussi des Inutiles, l'avait inutilement portée de porte en porte et l'avait fait prendre (enfin!) au Château-d'Eau, où elle avait été jouée inutilement. [...]. Ni
M. Cadol, ni personne, ni parmi ceux qui font les pièces, ni parmi ceux qui recommencent les pièces faites, personne à présent n'est capable de faire avec ce dernier ridicule du temps [le féminisme!], une comédie, et pourtant c'est la seule profonde et réelle comédie qui nous reste encore à écrire dans ce temps où l'égalité a fait brant de tout. En supprimant les rangs et leurs empilements les uns sur les autres, source inépuisable de comique, l'Egalité faisait déjà écrire en 1839 à Stendhal, le grand observateur, que la comédie était à présent impossible, mais il oubliait la seule chose qui soit encore debout au milieu de tous les ridicules mis à bas autour d'elle, le ridicule de la femme prétendant être l'égale de l'homme, le ridicule du monde renversé.».
«On a cru - ce qui n'est pas trop bête que la petite vieille de M.
Cadol (j'aime mieux celles de Baudelaire) [...]».

Provenance
Pierre Bergé, 02/03/2005
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue