GUISE Charles de Lorraine, cardinal de (1524-1574)

Lot 1043
Aller au lot
2 000 - 2 500 €

GUISE Charles de Lorraine, cardinal de (1524-1574)

cardinal, ministre de François II et Charles IX.

4 L.S. «C. Caral de Lorraine» avec compliments autographes, dont deux signées aussi par François de Lorraine duc de GUISE (1519-1563) «Francoys de Lorne», août-octobre 1560, à Sébastien de L'AUBESPINE, évêque de Limoges, ambassadeur en Espagne; 7 pages in-fol., adresses, 2 sceaux aux armes sous papier.

Intéressante correspondance diplomatique.
Fontainebleau 3 août. Le Grand-Prieur de France doit «bien tost passer en la coste d'Espaigne avecques ung nombre de gallaires que le Roy faict passer en la mer de Ponant»; il faut l'avertir de l'accord signé avec les Anglais, pour qu'il n'entreprenne rien contre leur navires. On joint une L.S. du cardinal de Lorraine au Grand-Prieur, même date, lui interdisant d'offenser les navires anglais.
Saint-Germain en Laye 18 septembre. Le cardinal et le duc de Guise se plaignent de la défiance du Roi d'Espagne à l'égard de François II et de sa mère; il «semble que lon vueille nous tailler noz pas, et faire noz bornes pour reffroidir noz amys, et nous enfermer dedans les limittes de ce royaume, qui a eu par le passé tousjours les bras si longs, et les rayons sen sont estanduz si avant, que nous mourrions de regrect sil fallot que nostre maistre feust moindre que ses predecesseurs»... Annonce du voyage de l'évêque de Rennes en Allemagne pour rencontrer l'Empereur et parler du concile... Envoi d'oiseaux pour la Reine d'Espagne... - Le cardinal de Lorraine explique les motifs de sa politique, qui mécontente le Pape et ses ministres: «je serois bien ayse, que luy et les autres princes, prinssent ung peu plus a cueur le besoing que a la chrestienté de leur ayde, et que lon ne samusast pas a consulter de la medecine quant on veoyt que le patiant a la mort entre les dentz». Il attend la venue en France de don Antonio...
Saint-Germain en Laye 4 octobre. Après la mission de don Antonio, le cardinal insiste sur la nécessité d'un concile pour mettre fin aux «desordres, seditions, et rebellions, et tout pour le faict de la religion [...] et que chascun depose ses passions particulieres pour lavancement et accomplissement dun si bon et si sainct euvre»... Il évoque la réaction de la Reine d'Angleterre [ELIZABETH] à «la belle resolution quont prins les escossois, dont elle se treuve en peyne, car elle veoit bien que le Roy ny la Royne [François II et Marie Stuart] ne les advoueront jamais de ce quilz ont faict et que vivant de ceste facon ilz ne seront jamais conseillez de leur ratiffier le traicté quil a faict avecques eux»... Il annonce la prochaine arrivée du roi de Navarre et du prince de Condé...

Provenance: chartrier de Villebon (vente 25 mars 1992, n° 44)
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue