AMEDEO MODIGLIANI (1884-1920)

Lot 209
Aller au lot
100 000 - 150 000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 182 000 EUR

AMEDEO MODIGLIANI (1884-1920)

Hermaphrodite de profil, 1913

Crayon noir sur papier, signé en bas à gauche
43.1 x 26.7cm - 16 7/8 x 10 1/2 in.

Black pencil on paper, signed lower left

PROVENANCE
Dr. Paul Alexandre, Paris (acquis directement auprès de l'artiste en 1913. Marqué du cachet de la collection en bas à droite)
Transmis familialement
Vente Sotheby's, Londres, 6 février 2013
Collections Aristophil

EXPOSITION
Venice, Palazzo Grassi, Dessins de Modigliani de la Collection du docteur Paul Alexandre, 5 septembre 1993 - 4 janvier 1994
Rouen, Musée des Beaux-Arts, Modigliani inconnu: Dessins de la Collection Paul Alexandre du 13 juillet au 14 octobre 1996
Musée des Beaux-Arts de Montréal, Modigliani inconnu: Dessins de la Collection Paul Alexandre, du 1er février au 28 avril 1996 repr.

BIBLIOGRAPHIE
Noël Alexandre, The Unknown Modigliani, Drawings from the Collection of Paul Alexandre, New-York, 1993, n° 213, fig. 161, repr. p. 234
Osvaldo Patani, Amedeo Modigliani, Catalogo Generale, Disegni 1906-1920, Milan, 1994, n° 952, repr. p. 395

Amadeo Modigliani passe une enfance maladive en Toscane avant d’entrer à l’Ecole du Libre nu à Florence. Il y aborde un exercice des plus académiques avec une liberté propre à cette institution : c’est lui qui choisit la posture du nu, l’orientation de la lumière et l’interprétation graphique qu’il en propose. Après avoir achevé ses études d’art à Paris, où il arrive en 1906, il s’installe dans un atelier à Montmartre. Ses premières oeuvres sont empreintes des sources d’inspiration que lui offrent Steinlen, Toulouse-Lautrec ou Picasso dans sa période bleue.
L’année 1909 est un tournant pour lui : c’est l’année où il rencontre le sculpteur roumain Brancusi avec lequel il réalise ses premières tètes sculptées où se trouvent mêlés l’art primitif et le cubisme. Son piteux état de santé et son manque de moyens l’empêchent de persévérer dans cette voie, mais ces deux inspirations marquent à tout jamais son oeuvre peint.
Il est désormais installé dans « La Ruche » près de Montparnasse, et fait le portrait de son entourage ainsi que celui de ses commanditaires. Sa série de nus, aussi scandaleuse qu’elle l’a rendu célèbre est réalisée dans les années 1916-1917. Exposés dans la galerie de Berthe Weill, ils doivent être décrochés dans les jours qui suivent, sur ordre de la police, pour outrage à la pudeur.
Sa santé fragile l’oblige à se reposer dans le midi, accompagné de sa jeune compagne, Jeanne Hébuterne, qui accouche de leur fille. Les évènements familiaux et l’environnement paisible font effet sur l’artiste dont la palette s’éclaircit. Il peint alors les quatre seuls paysages qu’on lui connaisse dans toute sa carrière. Il retourne en 1919 s’installer à la grande chaumière. Mais sa consommation abusive d’alcool, de drogues et la maladie ont finalement raison de lui. Il décède le 24 janvier 1920. Sa mort marque la fin des « années folles » puisque dans les années qui suivent sa mort, ses compagnons se détournent de l’esprit frénétique de ces années : Max Jacob devient oblat séculier, André Breton et Louis Aragon rompent avec Dali pour entrer dans le militantisme communiste.

Amadeo Modigliani spent a childhood overshadowed by illness in Tuscany before being admitted to the Scuola Libera di Nudo in Florence. Here, highly academic studies were tempered by the freedom characteristic of the school, where the student chose the nude model’s position, the direction of the light and the graphic interpretation proposed. After furthering his art studies in Paris, where he moved in 1906, he settled into a studio in Montmartre. His first works were imbued with the inspiration he found in Steinlen, Toulouse-Lautrec and Picasso in his Blue Period.

1909 was a turning point for him. This was when he met the Romanian sculptor Brancusi, with whom he produced his first sculpted heads, mingling primitive art and Cubism. His fragile health and lack of means prevented him from pursing this path, but these two influences were always evident in his paintings.

He was now living in “La Ruche” near Montparnasse, where he painted portraits of his friends and patrons. Between 1916 and 1917 he produced a series of scandalous nudes that made him famous. They were exhibited in the Berthe Weill gallery, but were taken down after a few days by the police on the
grounds of public indecency.

His frail health forced him to take a rest in southern France, accompanied by his young companion, Jeanne Hébuterne, who gave birth to their daughter. Family events and the peaceful surroundings were healing to the artist, and his palette became lighter. This was when he painted the only four landscapes we know of in his entire career.

He returned in 1919 and moved into La Grande Chaumière. But alcohol abuse, drugs and illness finally destroyed him, and he died on 24 January 1920. His death marked the end of a “golden period” because his companions turned away from the frenetic spirit of the times in the following years. Max Jacob became a secular oblate, and André Breton and Louis Aragon broke with Dali to join the militant Communist movement.

En esquissant la silhouette d’un violoncelliste assis, Modigliani annonce la composition du tableau du même nom, réalisé en 1909. Tout laisse à penser qu’il s’agit de l’une des premières études, où l’artiste se concentre sur la composition future de la toile.
Modigliani’s sketch of a seated cellist prefigured his 1909 painting of the same name. Everything suggests that it was an early study, where the artist was working out the composition of the future painting.
 
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue