1934 Citroën Super MODERN TWELVE

Lot 43
Aller au lot
25 000 - 45 000 €

1934 Citroën Super MODERN TWELVE

Certainement l'une des plus rares et anciennes Traction
Restauration de premier plan
Fonctionnement irréprochable

Titre de circulation britannique
Régime actuel: Suisse - non-immatriculée
N° série: 100 244
N° moteur: FB 01638
N° boîte de vitesses: BZ 5140 -N° de pièce: 5005 20 F02.

Avant de conquérir le monde André Citroën ouvre des filiales dans plusieurs pays d'Europe, la Grande-Bretagne fait partie des premiers en 1925. Une usine entre en activité à Slough dans l'ouest de Londres, sa production est florissante car les Anglais estiment que rouler en Citroën a quelque chose d'exotique en plus de la qualité des voitures aux doubles chevrons.
Toutefois au début des années 1930 ce pays traverse une grave crise économique, comme toute l'Europe d'ailleurs. Aussi le gouvernement instaure des règles de protectionnisme obligeant les véhicules en provenance du continent à comporter un pourcentage donné de pièces fabriqués par les sous-traitants locaux. Démarreur, dynamo, tout l'habillage moteur, circuits électriques et phares, pare-chocs, réservoirs et instrumentation proviennent de maisons anglaises. Enfin pour répondre au goût local, les selleries sont habillées de cuir. Le montage des Traction à Slough suivra une méthode rigoureuse, les éléments en provenance de Javel sont assemblés sur place et reçoivent des soins particulièrement soignés dont une peinture cellulosique de grande qualité et un riche nuancier spécifique aux gouts anglo-saxons.
Selon les barèmes de puissance fiscale outre-Manche, une 7 de 1 303 cm3 correspond à 12 Horse-Power, c'est pourquoi ces premières Traction anglaises s'appellent des ‘Twelve', et même ‘Super Modern Twelve' en terme commercial. Les Anglais réservent un accueil enthousiaste à la petite française, un essayeur de ‘The Autocar' titre: «A car you could not overturn!» (Une voiture qu'on ne peut pas retourner).
Avant l'entrée en série, les ateliers Hammersmith de Slough préparent six unités en provenance du quai de Javel et transformées à la main sur place en conduite à droite aux fins d'homologation. Cette Twelve est la dernière survivante de ces prototypes, nous sommes en présence d'une voiture exceptionnelle qui a fait l'objet d'une restauration rigoureuse étalée sur dix-sept ans par le spécialiste John Gillard, tant il a été difficile de trouver les pièces spécifiques et toute sa documentation technique. 
Elle provient d'une collection anglaise d'un des plus grands connaisseurs de Traction outre-Manche, Bryn Hugues.
Repeinte dans le gris d'origine avec les ailes noires, cette Twelve atteint la perfection tant elle correspond à ses standards originels. Les phares Lucas et le circuit électrique en 12 volts sont là, associés à l'instrumentation Smith et le circuit électrique Ripault. L'accastillage spécifique, comme les pare-chocs rectilignes habillent cette voiture, dont la mécanique refaite à neuf, moteur (le 1 303 cm3 de 1934 est bien conforme, mais n'est plus celui de naissance de la voiture, son premier moteur ayant gelé), boîte, freins, fonctionnent à la perfection de manière à rouler agréablement puisque le boîtier de direction a aussi été restauré, à neuf par les Ets. Geoff Harris.
En plus de ce plaisir, le prochain acquéreur de cette voiture aura la fierté de conduire une Citroën particulièrement exclusive.
L'opportunité d'acquérir la plus rare et la plus ancienne des Traction Avant anglaise est à portée de main, elle ne se reproduira sans doute pas de sitôt.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue