NICOLLE CHARLES (1866-1936) MÉDECIN ET BACTÉRIOLOGISTE.

Lot 866
Aller au lot
400 - 500 €
Résultats avec frais
Résultat : 480 €

NICOLLE CHARLES (1866-1936) MÉDECIN ET BACTÉRIOLOGISTE.

+ 4 L.A.S., Tunis et Florence 1923, à un ami; 17 pages et demie in-8, en-têtes
Institut Pasteur de Tunis.
Belle correspondance scientifique et amicale, sur son travail à l'Institut Pasteur de Tunis.
Tunis 21 janvier 1923. «Toutes mes minutes sont encombrées par une besogne lassante, avilissante. Impossible de penser un instant.
Tout l'edifice, que j'ai construit, retombe sur moi seul du poids que je lui ai donne»... Anderson complété son instruction a Paris, et Nicolle a du prétér a l'Institut Pasteur de Paris Burnet, sur qui il a nourri des illusions: cela «creve les yeux: jalousie profonde et egoisme intellectuel»...
L'I.P. de Paris etant «totalement sterile», il s'est adresse a Lyon pour un nouveau collaborateur...
Il serait trop long de repondre sur la question des laboratoires de science pure et ceux de science appliquée... 7 février. Il a remis ses brochures a Georges DUHAMEL, «un homme charmant et bon, exactement celui qu'il parait dans ses livres. Il apporte a l'etude de tous les problemes une grande sensibilite et le bon sens du medecin. Il me parait dans la voie ou s'engage la litterature de l'avenir; car, les dieux detruits, seule l'etude de l'ame physique est capable de tenir leur place»... Il parle encore de ses collaborateurs, de sa fille Marcelle, et il promet l'envoi de sa nouvelle Le merveilleux concours d'Antonin Pieu... 28 juin. Il expose ses prochains projets de sejour en France, et compte que la nouvelle année a Tunis sera l'antepenultieme. «Nous avons inaugure il y a quelques jours un buste de Pasteur offert par souscription publique. J'y suis alle d'un discours. J'avais fait mieux; j'avais mis la main sur la souscription, ce qui m'a permis de verser des verser des bourses supplementaires a mes chefs de laboratoire. Ils ont ainsi 20.000F pour debuter»... Florence 22 septembre. Le souvenir de son ami l'accompagne a Florence, qui n'a guere change, mais il ne voit plus les choses comme autrefois: «Question d'age, d'expérience de l'existence», rien ne lui parait plus desirable avec la paix que l'amitie et le devouement... Il livre ses impressions sur les Italiens, et aussi les fascistes, qui ont des postes dans toutes les administrations. «Des affiches vibrantes se succedent sur les murs appelant la milice de l'ordre a des reunions obligatoires.
Celui qui est convoque est de fait dispense de tout travail quel qu'il soit, les absents sont punis.
Il ne semble pas que les communistes aient idée d'une resistance. L'Italie a failli sombrer dans le sovietisme; toutes les forces de l'ordre (et de la reaction) veillent a ce que l'evenement ne se reproduise pas»...
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue