PICCINNI NICCOLÒ (1728-1800)

Lot 1421
Aller au lot
700 - 800 €
Résultats avec frais
Résultat : 845 €

PICCINNI NICCOLÒ (1728-1800)

L.A.S., château de La Ferté au Perche 22 octobre 1782, à Jean François MARMONTEL à Grignon; 3 pages in-4, adresse.
Belle et rare lettre du compositeur à son librettiste, au sujet de leur prochain opé­ra-comique Le Dormeur éveillé (4 actes, représenté à la Cour à Fontainebleau par les Comédiens Italiens le 14 novembre 1783). «La lecture de vôtre nouvel opera comique [...] ne pourroit, qu'enchanter tous les spec­tateurs, et avoir le plus grand succès. Je souhaite, à mon tour, que ma musique puisse en avoir autant, quand cet ouvrage paroîtra au public, que je desire de mettre en musique avant La rancune, si vous êtes du même avis»... Il évoque sa vie heureuse au sein de sa famille: «il n'y a rien au dessus de ça dans la vie, [...] parce que c'est le coeur, le sentiment, et les doux procédés qui m'at­tachent, et non pas l'interet, qui jamais dans ma vie a eu la force de m'éblouir».
Puis il en vient à l'air que Marmontel a changé: «je n'ai rien compris. Est ce que vous avez trouvé cet air mauvais? Cependant vous ne l'avez pas vû en situation, ni entendu avec les accompagnements. Je ne puis pas conçevoir, qui vous en a donné cette mau­vaise idée, et vous a decidé à le changer! [...] vous avez eu tort. Une fille honnête, qui aime à la folie son maître, qui à son reveil est sesie, est amenée dans un lieu, qu'elle ne connoit point, où elle n'envisage que de figures étrangères, et en consequence de perils affreux, voulez vous qu'elle se jette dans le comique? [...] Les belles situations vont d'elles mêmes. La situation de Rose est très frappante, et doit exprimer ce que vous avez fait auparavant. Vous permettrez à l'amitié de vous dire, que les mots de rode et gronde me chôquent, et que si l'air, que j'ai fait, n'a pas le succès, que j'ai imaginé, je le changerai, mais toujours je me servirai des mêmes paroles, que vous avez fait auparavant [...] la situation de Rose n'a rien de comique dans cette scène. Est ce que c'êtant un opera comique, on ne peut y voir une situation très serieuse? Je suis très faché d'être obligé de vous écrire dans une langue, qui n'est pas la mienne, et en consequence, peut-être que je ne developpe pas bien mes idées». Il demande à Marmontel d'attendre d'entendre l'air aux répétitions avant de juger...
Il évoque ses amis de LABORDE, puis ajoute: «Vous avez raison, qu'il n'y a dans la vie plus grand bonheur, que celui, de passer son tems avec sa femme, et ses enfants; ceux qui sont dans le cas d'éprouver ce bonheur là, et qu'ils ne l'éprovent pas, il n'ont pas d'entrailles, en consequence il sont bien à plaindre, avec ceux, qui méprisent le mariage»...
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue