ALBERT MARQUET (1875-1947)

Lot 46
Aller au lot
80 000 - 120 000 €
Résultats avec frais
Résultat : 97 500 €

ALBERT MARQUET (1875-1947)


Hesnes, le drapeau norvégien Huile sur toile, signée en bas à gauche
50 x 61 cm - 19 5/8 x 24 inches
Oil on canvas, signed lower left
PROVENANCE Galerie Druet, acquis en 1925, n°111.88
Transmis familialement depuis.
Collection privée, Neuilly-sur-Seine
Albert Marquet arrive à Paris en 1890, et, dès l'année suivante, se lie d'amitié avec Matisse et Manguin. Elève aux Beaux-arts, il fréquente l'atelier de Gustave Moreau, qui le pousse à s'imprégner des grands maîtres anciens, et découvre avec fascination l'Impressionnisme chez Durand-Ruel.
Entre 1897 et1905, Marquet se consacre au motif du paysage, qui devient l'un de ses sujets de prédilection et qu'il exécute dans la veine du fauvisme, avant même que Louis
Vauxcelles ne donne son nom au mouvement.
Ayant exposé au Salon d'Automne de 1905 dans la fameuse salle VII, il adopte une rapidité d'exécution et une simplification des formes au profit d'une visibilité de la touche.
Dès 1906, en quête d'une nouvelle harmonie du ton, le peintre revient toutefois à un style plus modéré et à une palette plus douce, loin de la vision brutale des formes et des couleurs prônée par les fauves.
À partir de 1925, Albert Marquet passe tous les hivers à Alger et voyage le reste de l'année.
Il se rend en France, en Italie mais également en Norvège, comme l'atteste le fjord qui vous est présenté. Figurant les paysages qu'il traverse et les ports qui l'accueillent, sa peinture retrace les grandes lignes de ses périples et devient ainsi son carnet de voyage.
Albert Marquet arrived in Paris in 1890, and befriended Matisse and Manguin the following year. A student at the École des Beaux-Arts, he also frequented the studio of Gustave Moreau, who encouraged him to immerse himself in the great old masters, and he was thrilled to discover
Impressionism at Durand-Ruel.
From 1897 to 1905, Marquet devoted himself to landscapes, which became one of his favorite subjects. He treated them in a Fauvist manner, before Louis Vauxcelles actually gave the movement this name. Having exhibited in the renowned Room VII of the Salon d'Automne of 1905, he adopted a quick speed of execution and simplification which favored visible brushstrokes. In 1906, in search of a fresh harmony of hues, Marquet returned to a more moderate style and softer palette, far from the rough approach to shapes and colors advocated by the Fauvists.
From 1925, Albert Marquet spent every winter in Algiers and travelled throughout the year. He crossed France and Italy but also went to Norway, as shown by the painting of a fjord presented here. Depicting the landscapes he crossed and the harbors that welcomed him, allowed him to recount his travels, and his paintings which thus became his travel diary.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue