SANYU 常玉 (1901-1966)

Lot 2
Aller au lot
Estimation :
15000 - 20000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 28 050EUR
SANYU 常玉 (1901-1966)
Jeune femme
Encre sur papier, signée sur le côté gauche
42.5 x 25.5 cm à vue - 16 1/2 x 9 3/4 in.

Ink on paper, signed lower left

PROVENANCE
Vente Drouot, circa 1970
Collection Habart, Paris
Collection privée, Paris

BIBLIOGRAPHIE
Notre oeuvre est à rapprocher de: Wong Rita, L'inventaire des dessins, The li Ching cultural and educational foundation, Taiwan, 2015, références n° D2104 et D2096

年轻女子
42.5 x 25.5 厘米
纸本水墨,署名于左下方

来源
约1970 年购于Drouot
巴黎Habart 收藏
巴黎私人收藏

Notre dessin Jeune femme est typique de la production de cette période durant laquelle l'artiste esquisse et portraiture sans relâche la faune bohème d'un Paris fraîchement découvert; sur une feuille blanche, à l'aide de quelques lignes seulement, Sanyu brosse l'image d'une femme assise enroulée dans son énorme manteau. Préférant l'encre au crayon, la technique du peintre
- qui privilégie le pinceau, même dans les dessins
- fait naître d'irrésistibles échos à sa formation précoce à la calligraphie qui lui a procuré une aisance particulière dans ce médium. Notre Jeune femme constitue également une preuve de l'intérêt que porte l'artiste envers la mode des années 1920 qui se manifeste notamment par l'ampleur prise par le vêtement et la coiffe, semblant happer la silhouette de leur propriétaire. En outre, cette encre s'inscrit dans une série de dessins dans laquelle Sanyu croque les élèves qu'il côtoie à la Grande Chaumière: la jeune femme portraiturée est en train de dessiner, tête baissée, juchée sur un tabouret que le peintre a choisi de sacrifier au nom d'un style elliptique et d'un trait lapidaire, au même titre que les outils de dessin du modèle, absents de la composition.
Les années 1920 et le début des années 1930 constituent la période qui voit éclore et mûrir les caractéristiques du style de Sanyu, pétri des tendances de l'Ecole de Paris et de l'enseignement reçu à la Grande Chaumière: fluidité des formes, du trait, sobriété de l'expression aboutissent à un art de la suggestion, de l'allusion plutôt que de la description; autant d'éléments qui contribueront à faire de Sanyu un grand artiste et participeront paradoxalement, de son vivant, à l'incompréhension générale face à son art, sans doute trop visionnaire.

Our drawing Jeune femme is characteristic of Sanyu's work in this period during which he ceaselessly sketched and portrayed the bohemians of his newly discovered city of Paris. A few lines on a white sheet of paper, depict a seated woman wrapped in an enormous coat. Preferring ink to pencil, Sanyu who was foremost a painter, took to using a brush even when he drew. This strikingly recalls his training in calligraphy which enabled him to use this medium with great ease. Our Jeune femme also demonstrates the artist's keen interest in the fashion of the 1920s, which is particularly noteworthy given the space the garment and headdress occupy. They appear to be virtually grabbing the woman's silhouette. This work in ink belongs to a series of drawings in which Sanyu sketched students with whom he spent time at the Grande Chaumière. The young woman here depicted appears to be drawing with her head bent forward while perched on a stool which Sanyu has chosen to omit to the benefit of quick strokes and an elliptical style. The same is true for the model's drawing tools which are also missing.
The 1920s and early 1930s was the period in which Sanyu's style blossomed and fully matured, while showing typical features of the School of Paris and the teachings of the Grande Chaumière. Flowing forms and sober expressiveness led to an art of suggestion that consisted of allusions rather than descriptive depictions. It all contributed to making Sanyu a great artist. Paradoxically, it also contributed to his art being left misunderstood in his lifetime, no doubt because it was so visionary.

Né en 1901 dans la province du Sichuan, Sanyu est issu d'une famille propriétaire de la plus grande soierie de la région. Initié dès l'enfance à la calligraphie auprès de Zhao Xi, il fait ses premiers pas dans le monde de la peinture grâce à l'apprentissage que lui procure son propre père. Soutenu financièrement par son frère, alors à la tête de la prospère entreprise familiale, Sanyu fait le choix de quitter sa terre natale pour Paris dès 1921.
Après deux années de vie à Berlin, où il avait suivi les artistes Xu Beihong et Jiang Biwei, il intègre l'académie de la Grande Chaumière à Paris.
Le parcours de Sanyu est en tout point singulier; son séjour en France est une expérience qui diffère en plusieurs points de celui opéré par ses compatriotes à la même époque.
En effet, le jeune artiste fait partie de la première génération de chinois investissant le territoire français. Pourtant, contrairement à Lin Fengmian et Xu Beihong qui y séjournent dans l'optique de parfaire leur formation artistique, S
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue