DROUET Juliette (1806 - 1883)

Lot 45
Aller au lot
Estimation :
4000 - 5000 EUR
S'inscrire sur drouot.com
DROUET Juliette (1806 - 1883)
28 L.A.S. «Juliette» (une «J. Drouet», 8 non signées), 1834 - 1879, à Victor HUGO ; 95 pages formats divers, quelques adresses. Très bel ensemble de lettres amoureuses à Victor Hugo, du début de leur liaison jusqu'à leur vieillesse. [Mai 1834 ?]. «Vous vous êtes servi cette nuit pour m'accabler des calom­nies infâmes d'une Georges et des malheurs de ma vie passée, vous vous êtes raillé des quinze mois d'amour et de souffrances passés avec vous, tout cela au milieu de la fièvre et de la nuit»... Dimanche [1834]. «Mon cher bien aimé, je t'aime, je suis bien patiente, je t'attends avec bien de l'amour et beaucoup de résignation»... Vendredi [1835]. «Depuis que je sais que tu vois dans mes lettres autre choses que mon amour, je suis très gênée pour t'écrire. [...] comme me le dit tous les jours un auteur fameux appelé Victor Hugo, as-tu oui parlé de Victor Hugo ? c'est un homme très charmant et très bien venu des femmes, trop bien venu hum !!eh bien cet auteur là me répète tous les jours “que la toilette n'ajoute rien aux charmes d'une jolie femme, que c'est peine perdue que de vouloir ajouter à la nature quand elle est belle”»... 17 février [1840 ?]. «Oui, mon Toto, c'est aujourd'hui l'anniversaire de notre bonheur et je suis bien joyeuse que tu le consacres en venant souper ce soir au coin de mon feu»... 2 novembre [1840] (au retour du voyage sur le Rhin). «Voici le temps des grosses lettres revenu mon adoré, et Dieu sait que je donnerais la moitié de ce qui me reste à vivre pour reculer de deux mois encore ce triste plaisir de l'absence. [...] je ne t'ai jamais plus aimé que pendant les deux mois que nous venons de passer ensemble dans tout ce charmant voyage»... 19 décembre [1841 ?]. «Dialogue quotidien entre Mr Toto et Mme Juju. “Si je reviens qu'est-ce que tu diras ?” Je serai très contente mais je ne me fie pas à toi, tu me fais tous les soirs la même promesse que tu ne tiens jamais»... [20 juin 1845] (sous couvert de Mme L. Robert à Bruxelles), au sujet de sa fille Claire : «Je sais d'avance tout ce qu'elle te dit d'affectueusement respectueux, et, à un baiser près, le nombre indéfini qu'elle t'envoie»... 2 février [mars 1849]. «Que tu es bon, mon ravissant bien aimé, et combien je te remercie d'être venu me voir ce soir»... - 3 mars. «Bonjour, mon pauvre petit sabot, bonjour, dors bien. Je suis là je t'aime et je te baise de l'âme pour ne pas réveiller ton rêve»... 1851. - 27 juillet. Il n'est guère probable que tu puisses revenir ce soir, mon pauvre bien aimé»... - 6 août. «Bonjour, mon plus que bien aimé, bonjour, je t'adore»... - 15 septembre. «Je viens de brûler les trois lettres que je t'avais écrites aujourd'hui, mon adoré bien-aimé, parce que je ne veux pas que tu saches jusqu'où peut aller ma folie et mon découragement dès que je suis séparée de toi. Ce découragement s'étend jusqu'à mon corps dont la vie semble se retirer dès que tes yeux n'animent plus mes yeux, dès que ton souffle n'entr'ouvre plus mes lèvres, dès que tes baisers ne précipitent plus les battements de mon coeur»... - 19 septembre. «J'ai du bonheur de quoi remplir mes deux gribouillis»... - «Il ne se passe plus de jour maintenant, mon pauvre bien aimé, qui n'amène une nouvelle violence, une basse persécution sur les tiens et sur toi»... - 20 septembre. «Bonjour, mon bien aimé, bonjour, dors bien. Je t'aime»... - «Sois tran­quille, mon ineffable bien aimé, puisque c'est moi, moi seule que tu aimes»... - 7 octobre. «Cher adoré bien aimé, tu crois peut-être qu'il suffit de me quitter pour que je me résigne à ne plus te voir ?»... - «Cher petit homme, il est probable que tu te couches en ce moment»... - 17 octobre. «Bonjour, mon pauvre bien aimé, bonjour, beau jour et bonheur pour toi»... - 4 novembre. «Cher bien aimé, quand tu me parles avec tant de douceur et tant de bonté je suis tentée de me retourner pour voir à qui s'adresse toutes ces ineffables tendresses»... Guernesey 26 janvier 1858. Elle attend son marchand de bière, et a hâte de revenir «à mon poste que j'aime parce que c'est là où j'ai le plus de chance de te voir»... Guernesey 1er janvier 1879. «Cher grand bien-aimé, il y a déjà bien long­temps que mon coeur a pris l'initiative de ton ardente et sainte prière puisqu'elle date du premier jour où je me suis donnée à toi. Depuis je n'ai pas passé un jour, pas une heure, pas une minute sans la redire à Dieu et à nos chères âmes qui en témoigneront à l'heure suprême de notre éternité»... - 21 mai. «Quelle bonne, quelle généreuse, quelle adorable lettre tu m'as écrite [...] je tâche de la mériter aux yeux de Dieu et de nos anges qui voyent mon âme»... Plus des lettres non datées, et une l.a.s. du 5 oût 1834, accompagnant une lettre à remettre à M. Victor. On joint 9 petits billets autographes, glissés au début de leur liaison dans le creux l'arbre où avaient lieu leurs rencontres : «Adieu», «Je suis venue Juju», «Tout ou rien Juliette», etc. ; une enveloppe avec une mèche de cheveux de Juliet
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue