BOUQUET, Londini (Londres)
Milieu XVIIe siècle

Lot 10
Aller au lot
Estimation :
10000 - 15000 EUR
S'inscrire sur drouot.com
BOUQUET, Londini (Londres)
Milieu XVIIe siècle

Montre « puritaine » à une seule aiguille avec double boîtier de protection


Boîtier ovale sur charnière pour la montre, ouverture au dos pour la clef de remontage, porte une inscription en lettres gravées « John Milton », le boîtier de protection avec deux encoches pour fixer la montre.


Cadran argenté à une seule aiguille avec chiffres romains pour l'indication des heures, minuterie chemin de fer, points en excroissance pour chacune des heures, facilitant lecture tactile.


Mouvement mécanique avec remontage à clef, échappement à roue de rencontre, pré-balancier spiral, coq percé et ciselé, fusée et boyau, disque de réglage, signé sur la platine « Bouquet Londini ».


Dim. 38,5 x 48,5 mm (montre)


Dim. 43 x 53 mm (boîtier de protection)


Cette montre est très intéressante puisque l'on peut présumer de son origine, compte tenu des éléments objectifs constatés sur ce très bel exemple de montre « puritaine ». Si l'on observe au dos la gravure « John Milton », l'on peut estimer qu'elle a sans doute appartenu au poète, essayiste, pamphlétaire et fonctionnaire anglais, John Milton (1608 - 1674), célèbre pour avoir écrit le « Paradis Perdu ».


Ce dernier fréquente les prestigieux établissements de St Paul à Londres et Christ College à Cambridge avant de devenir secrétaire d'État aux Langues Étrangères après la victoire puritaine du


Commonwealth de l'Angleterre de 1649 à 1660, lorsque l'Angleterre et le pays de Galles ont été gouvernés en tant que « quasi-république » après la guerre civile, le procès et l'exécution du roi Charles 1er.


Tous ces événements coïncident avec la date d'exécution de cette montre milieu du XVIIe siècle, mais plus encore, ce sont les picots sur le cadran qui peuvent témoigner de la provenance puisque l'on sait que John Milton perd la vue inexorablement à partir de 40 ans, puis il devient complètement aveugle.


Notre montre serait probablement une commande auprès de l'horloger Bouquet à Londres, sachant que son illustre contemporain, Cromwell, avait également une montre « puritaine » signée par le célèbre horloger anglais Edward East. Ce dernier qui, aux côtés de Bouquet, est l'un des membres fondateurs de la Clockmakers Company de Londres en 1632, la plus ancienne corporation au monde dans le domaine de l'horlogerie.


Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue