NGUYỄN KHANG (1911-1989)

Lot 7
Aller au lot
S'inscrire sur drouot.com
NGUYỄN KHANG (1911-1989)

La famille de bergers, 1986

Laque, à rehauts d’or, 3 panneaux, signé et daté en bas à droite

61 x 60.5 cm - 61 x 61 cm - 61 x 61.5 cm

Total : 61 x 183 cm 24 x 23 7/8 in. - 24 x 24 in. - 24 x 24 1/4 in.

Total : 27 x 72 in. 


Oeuvre en rapport :

Nguyên Khang Jeune berger, 1982.

Ancienne collection de la famille de l’artiste. Trẻ mục đồng. 1982.

Sưu tập gia đình họa sĩ


De cet ensemble de trois panneaux émanent une quiétude ainsi qu’un sentiment de douceur rappelés par le commentaire de l’artiste lors de la vente en 1986 : Les fleurs sentent bon et les chevaux sont bien nourris : réussite et prospérité. Cette expression vietnamienne s’accorde à l’atmosphère dynamique et joyeuse qui plane sur la laque. Le souffle du vent est perceptible dans la courbure des herbes hautes et les mouvements aquatiques. Les chevaux robustes accompagnent le travail des paysans. Ils symbolisent, dans la culture vietnamienne et plus largement asiatique, la prospérité, le succès, le développement et amènent la réussite aux commerçants. Dans cette scène, ils s’ébrouent, s’abreuvent et contribuent amplement à l’impression de bonheur et de sérénité qui se dégage de la composition. C’est un moment de pause qui est ici illustré, les personnages affichant des expressions à la fois joyeuses et détendues. Nguyên Khang a réalisé cette laque à la fin de sa vie et démontre sa maîtrise d’un art travaillé des années durant. Trois ans avant sa mort, l’œuvre apparait comme un aboutissement par sa technicité. 

Nguyễn Khang n’utilise pas toutes les techniques de la laque traditionnelle. Il sculpte la laque, réduit l’or en poudre et en parsème le décor gravé, qu’il ponce sur plusieurs couches successives. Si l’or rehausse les pièces de vannerie et les corps des travailleurs, il marque aussi le mouvement de l’eau et la nage des poissons. Les contrastes avec les nuances de rouge orangé et d’argent sont renforcés par le fond presque noir et brillant. 


NGUYỄN KHANG 

Artiste vietnamien, Nguyên Khang naît à Hanoï en 1912. En 1935, Nguyên Kang est diplômé de l’École des Beaux-Arts de Hanoï. Avec ses camarades, tels que Tran Van Can, Pham Hau et Nguyen Gia Tri, il contribue à la naissance de la peinture sur laque en tant que médium prééminent dans l’art moderne vietnamien du XXe siècle. L’épanouissement de l’œuvre de l’artiste atteint son apogée suite au voyage qu’il effectue à Paris, lorsqu’il participe à l’Exposition universelle de 1937, au sein du pavillon Indochine. Peu de temps après, au début des années 1940, c’est un voyage au Japon qui nourrira cette fois son art. Artiste coutumier des sujets liés à la relation de l’homme à la nature, plusieurs de ses laques dépeignent des animaux, tels des chevaux, des chats ou des oiseaux. De nombreuses galeries et musées majeurs tels que Wonzimer, ont présenté le travail de Nguyên Khang par le passé. Quelques-unes de ses œuvres sont notamment exposées au Musée des Beaux-Arts du Vietnam, bien que la plupart soient conservées dans des collections privées. Si Nguyên Khang est un artiste réputé, rares sont ses œuvres présentées en vente sur le marché aujourd’hui, et encore plus rarement en France.

Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue