JUNG Carl Gustav (1875-1961) psychiatre suisse.

Lot 118
Aller au lot
Estimation :
8000 - 10000 EUR
JUNG Carl Gustav (1875-1961) psychiatre suisse.
L.A.S. « Jung », Küsnach-Zürich 15.XI.1912, à Ernest JONES ; 2 pages in-4 à son en-tête ; en anglais.
Importante lettre sur sa rupture avec Freud, à l'occasion de son livre Wandlungen und Symbole der Libido.
[Le psychanalyste Ernest JONES (1879-1958) sera plus tard le biographe de Freud.]
Il regrette d'avoir manqué sa visite, d'autant qu'il l'a négligé, comme tous ses amis durant l'année écoulée. Il était trop occupé par son travail, mais il n'a jamais eu de réticence personnelle contre Jones. Il était tout simplement trop introverti et dévoué à son travail. Le pire était qu'il sentait clairement, que cet ouvrage était destiné à détruire son amitié avec Freud, car il savait que Freud ne serait jamais d'accord avec un quelconque changement dans sa doctrine. Et c'est vraiment le cas. Freud est convaincu, que Jung pense sous la domination d'un complexe paternel contre lui et que tout ça est un complexe-non sens.
Cela pourrait le briser, s'il ne s'y était préparé à travers la lutte de l'année écoulée, où il s'est libéré du respect pour le père. S'il veut avancer dans la science, il doit suivre sa propre voie. Freud a déjà cessé d'être son ami en considérant tout son travail comme une résistance personnelle contre lui-même et la sexualité. Face à cette insinuation, Jung est complètement impuissant. Il ne peut que regretter, de ne pas pouvoir s'exprimer assez clairement, pour que Freud puisse le comprendre...
Freud est si peu d'accord avec le travail de Jung, qu'il doute de pouvoir participer à la nouvelle revue que Freud va fonder. Son nom ne figurera donc pas dans le journal officiel du Verein, dont il est le président.
Dans ces circonstances, il doit renoncer à la présidence. Si Freud comprend chaque tentative de penser d'une manière nouvelle les problèmes de la psychanalyse comme une animosité personnelle, les choses deviennent impossibles. Jung sera content s'il peut maintenir le Jahrbuch. Mais Freud ressentira même la nécessité de le chasser du Verein. Cela dépend de la mesure dans laquelle il est prêt à saisir cette opportunité. Jung lui a écrit qu'il était prêt à maintenir la situation et le travail commun, même s'il le comprend mal. Tel est l'aspect très défavorable de la situation actuelle... " I frankly admit that I neglected you the same as all my friends during the past year. I was so very much occupied with myself and my work, that I hardly could maintain some indispensable relationships. But I never had any personal resistance against you. I was simply too much “introverted” and devoted to my work. The worst was, that I clearly felt, that this work was destined to destroy my friendship with Freud, because I knew, that
Freud never will agree with any change in his doctrine. And this is really the case. He is convinced, that I am thinking under the domination of a father complex against him and that all is complex-nonsens. It would break me, if I were not prepared to it through the struggle of the past year, where I liberated myself from the regard for the father. If I will go on in science, I have to go on my own path. He already ceased being my friend understanding my whole work as a personal resistance against himself and sexuality. Against this insinuation I am completely helpless.
I only can regret, that I am not able to express myself so clearly, so that
Freud can understand it. [...] Freud so little agrees with my work, that I am doubtful, whether I can participate in the new journal he is going to found. If I don't participate my name is not with the official journal of the
Verein. And I am the president. Under those circumstances I have to give up my presidentship. If Freud understands each attempt to think in a new way about the problems of ?? as a personal resistance, things become impossible. I shall be content, if I am able to maintain the Jahrbuch.
As far as I can see, Freud will feel even the necessity to put me out off the Verein. It depends on how far he is willing to deal with opportunity.
I wrote him, that I am willing to maintain the situation and common work, even if he misunderstands me. This is the very unfavorable aspect of the present situation "...
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue