BECQUEREL HENRI (1852-1908) PHYSICIEN.

Lot 67
Aller au lot
Estimation :
4000 - 5000 EUR
BECQUEREL HENRI (1852-1908) PHYSICIEN.
MANUSCRIT autographe, Note succincte sur la propagation des oscillations électriques, [vers 1895] ; 5 pages et demie in-fol., avec 15 croquis à l'encre.
Travail sur la radioélectricité et les ondes hertziennes.
Cette note se rattache aux cours de physique de Becquerel à l'École polytechnique, où il a été nommé professeur en 1895. En effet, à deux reprises, il s'y réfère au cours d'Alfred CORNU (1841-1902), son collègue professeur de physique à l'X.
« On a vu que la décharge d'un condensateur, et plus généralement d'un corps électrisé quelconque, au travers d'une étincelle, et d'une faible résistance, était oscillante ». Becquerel traduit en équation le « temps de l'oscillation »... « Les oscillations provoquent dans les moteurs des phénomènes de self induction tels qu'on peut dire qu'elles ne s'y propagent pas. Elles se propagent au contraire dans les diélectriques, résine, huiles isolantes, bois, qui bien qu'opaques pour la lumière se comportent pour ces mouvements comme des corps transparents »...
Puis Becquerel expose les « Expériences de Hertz » [Heinrich Rudolf
HERTZ (1857-1894)] : « Hertz, le premier à mesurer pour les oscillations électriques, une longueur d'onde dans l'air, mentionnant aussi que le phénomène est périodique dans l'espace d'une vitesse et à une vitesse finie de propagation. Les appareils de Hertz se composent de deux parties 1° le producteur d'oscillations rapides, ou excitateur. 2° l'appareil pour recueillir à distance des oscillations, ou le résonnateur ». Becquerel dessine en marge un Excitateur et commente cet appareil... « Hertz a montré que le maximum de sensibilité avait lieu lorsque la période d'oscillation électrique dans le fil [...] était la même que pour l'excitateur, et le fil récepteur qu'il appela résonnateur (par analogie avec les résonnations sonores qui doivent avoir même période de vibration que les sons qu'ils renforcent) »... Becquerel se livre alors à une « Réflexion » : « Hertz a constaté que sur une paroi métallique (mur recouvert de feuilles d'étain), tout se passait comme s'il y avait réflexion. Si celle-c est normale, les ondes incidentes se superposent aux ondes réfléchies, et donnent dans l'espace un système de noeuds et de ventres », dont il calcule la distance.
Suit un développement intitulé « Réfraction. Expériences diverses », illustré en marge de 3 croquis à la plume : « en prenant pour excitateur un fil rectiligne coupé, et le plaçant au foyer d'un miroir cylindrique ‘parabolique), et prenant pour résonnateur un système identique, Hertz a réalisé l'expérience des miroirs compagnons ; les étincelles éclatent entre a' b' jusqu'à 20 mètres de distance ; les oscillations sont parallèles au fil
AB. [...] On répète aujourd'hui toutes ces expériences avec des ondes de longueur d'onde plus courtes (?=6 mm) et avec des appareils tout à fait semblables à ceux de l'optique ». Puis Becquerel étudie la « Propagation des oscillations électriques le long des fils », en reprenant des données de l'expérience de Hertz, en observant : « Il semble que les charges électriques voyagent à la surface des fils, dans l'air ».
Suit une addition sur les « Champs iscillants électrostatiques et électromagnétiques » : « avec la première disposition de l'excitateur de
Hertz (boules), on observe dans l'espace deux phénomènes distincts : 1° un effet électrostatique dû aux charges qui s'accumulent périodiquement dans les sphères A, et B. 2° un effet électromagnétique dû aux courants qui se développent dans les conducteurs rectilignes Aa, Bb. - Les vecteurs correspondant à ces deux phénomènes sont rectangulaires »...
Becquerel examine ces deux effets, avec des schémas, pour conclure : « En étudiant le système d'ondes stationnaires dû à la superposition des ondes incidentes et des ondes réfléchies par un mur métallique, 1° si le résonnateur est vertical (pll. au miroir), ondes électrostatiques. On observe un noeud sur le miroir (ou plutôt très près du miroir). 2° si le résonnateur est horizontal (pll. à l'axe AaBb), ondes électromagnétiques, on observe un ventre sur le miroir. Les deux systèmes ont même longueur d'onde mais sont décalés l'un par rapport à l'autre »... Après une note au crayon rouge, le manuscrit s'achève sur un paragraphe biffé consacré à la « Réflexion sur une paroi métallique » et l'effet électrostatique produit.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue