MONET CLAUDE (1840-1926). L.A.S. «Claude»,... - Lot 182 - Aguttes

Lot 182
Aller au lot
Estimation :
2000 - 2500 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 3 640EUR
MONET CLAUDE (1840-1926). L.A.S. «Claude»,... - Lot 182 - Aguttes
MONET CLAUDE (1840-1926). L.A.S. «Claude», Londres 5 mars 1901, à SA FEMME ALICE; 7 pages in-8 à en-tête du Savoy Hotel. Tendre lettre de Londres pour réconforter sa femme. «Moi aussi je suis désespéré de te savoir ainsi inquiète et bouleversée, et depuis ce matin je ne sais ce que je fais, l'envie me prenant de partir et de renoncer une fois pour toutes à Londres». Il est prêt à revenir: «tu penses bien que si par ma présence je peux te soulager, je le ferai de suite. Je commençais à être plus content et hier j'avais commencé à peindre le soir, et rentrant content à 9 h. pour dîner, je trouve ta triste lettre de dimanche. [...] je sens ton état nerveux et ton découragement et cela m'ôte tout courage aussi. Certes la vie a de tristes moments mais si on se laisse ainsi aller on est perdu. C'est au contraire dans ces moments-là qu'il faut réagir et avoir son sang-froid. [...] Courage donc ma chérie et dis-moi bien la vérité, et si tu veux que je revienne de suite, ce sera bien des efforts et sacrifices perdus, mais préférerais cela si je puis t'être utile et te réconforter»... Il essaie de lui redonner courage... «Si je t'ai dit que je regrettais de n'être pas venu ici plus tôt c'est justement parce que je vois que la saison va subitement changer et qu'il ne me sera pas possible de rester plus que le mois. Je n'avais aucune arrière-pensée». Il part pour l'hôpital: «Je ne perds pas mon temps je t'assure»... Il reprend sa lettre à 6 h.: «depuis 1 h. il a fait un soleil superbe et je te prie de croire que j'en ai profité, mais il faisait un tel vent qu'il m'a été impossible de tenir sur la terrasse à l'hôpital, je suis donc revenu bien vite et ai travaillé jusqu'à présent»...
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue