KANDINSKY Vassily (1866-1944). 6 L.A.S. «Wassily... - Lot 122 - Aguttes

Lot 122
Aller au lot
Estimation :
30000 - 35000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 42 900EUR
KANDINSKY Vassily (1866-1944). 6 L.A.S. «Wassily... - Lot 122 - Aguttes
KANDINSKY Vassily (1866-1944). 6 L.A.S. «Wassily Kandinsky» ou «Wassily K» (la dernière non signée), Munich février-juillet 1900, à Andreï Andreevitch PAPPE; en russe; 40 pages in-8 (dont 2 au crayon; quelques fentes aux plis délicatement restaurées); montées sur onglets ou insérées dans un volume in-8, box noir semi-rigide, plats ornés d'un décor estampé à froid, écartelé de rouge et bleu sur le premier plat, et de vert et bleu sur le second, avec rivets de couleurs ivoire et ébène à l'angle central de chacun des rectangles; doublures de daim bleu, emboîtage à dos de box rouge (J. de Gonet 1999). Extraordinaire correspondance, illustrée de 5 croquis, de réflexions esthétiques et pratiques sur l'art de peindre et de dessiner. Juriste moscovite et amateur d'art, Andreï PAPPE (1865-1919) avait fait la connaissance de Kandinsky à Odessa. Après le départ de Kandinsky pour Munich, Pappe continua à lui soumettre ses propres dessins. Kandinsky, alors âgé de 33 ans, est venu étudier à Munich; il évoque ici l'enseignement d'Anton Azbe (qu'il va quitter pour suivre aux Beaux-Arts les cours de Franz von Stuck), et s'efforce de transmettre à Pappe les principes du maître, notamment le fameux Kugel-System, principe de la sphère. La deuxième lettre contient cinq croquis destinés à corriger les erreurs de son correspondant. Kandinsky insiste sur la nécessité de la composition et de la perception d'ensemble des objets représentés. Il donne aussi nombre de conseils techniques, sur l'utilisation des couleurs ou la préparation d'une toile. 22 février (8 pages, avec un petit croquis à la plume). Il a bien reçu la lettre de Pappe, mais le dessin au fusain lui est parvenu déchiré et en partie effacé. Il lui conseille l'utilisation d'un fixatif et d'un pulvérisateur (qu'il dessine), avant de commenter le dessin de son ami: cette tête n'est pas mal, Pappe a des dispositions, «ce qu'on appelle “l'oeil”», mais il manque de connaissances. Kandinsky lui suggère de se procurer un crâne et de le dessiner avec rigueur, en faisant surtout attention aux proportions et à la symétrie des parties... «Il est nécessaire de comparer et de vérifier en permanence la direction de chaque ligne [...] et penser tout le temps au crâne. Ainsi vous apprendrez à voir toute la tête simultanément et à tenir compte de la correspondance de ses parties. [...] Au commencement tâchez de prendre le plus généralement possible la lumière, les ombres et la direction des lignes». Le fusain s'utilise comme un pinceau «quand on peint par touches». Puis il évoque son professeur [Anton AZBE] qui remarquait «qu'aucun sculpteur ne commencera jamais la tête par l'oreille, le nez ou l'oeil, mais il commencera par “tailler” la tête, c'est-à-dire donnera à l'argile ou au marbre une forme qui ressemble à celle de la tête, ne faisant aucune attention aux détails»... Il faut donc traduire «la forme de la tête-crâne [...] dans ses proportions cardinales et monter la caractéristique principale de ce crâne [...] sinon vos yeux seront mis trop haut, vos oreilles trop bas, les mâchoires sortiront du crâne, etc. Un tel processus dans votre travail sur le crâne sera utile pour tout dessin, il vous donnera une bonne connaissance du dessin en général, la compréhension de la forme et des proportions, l'exactitude du coup d'oeil. La peinture par la ligne avec tous les détails ne peut que donner le change. On dessine quelque chose qui ressemble à un pigeon et on ne peut dessiner une chaise»... 25 mars (9 pages, dont 2 au crayon, avec croquis). Il n'a pas voulu dire à son ami qu'il fallait cesser de travailler; d'ailleurs il est quasiment impossible de se prononcer pour ou contre un travail d'une façon décisive, et il ne connaît guère que trois artistes auxquels il pourrait conseiller de laisser tomber. Il ne voit rien de désespérant dans les dessins de crânes de Pappe. «Une manière lancée et une vision globale des choses sont présentes dans vos dessins. Ce qui est le plus faible ce sont les proportions. Retenez ensuite que toute perspective se construit sur la conception que l'objet du dessin et l'oeil du peintre sont deux points immobiles, tandis que vous déplacez consécutivement votre oeil ou votre crâne (plutôt l'oeil), c'est pourquoi on voit en même temps sur votre dessin les parties du crâne qu'il est impossible de voir en même temps». Pappe a dessiné son crâne «en face» [en français dans le texte] et de profil... Kandinsky se propose de lui renvoyer son dessin corrigé et lui demande en retour de faire quelque chose en couleurs: «C'est le début qui compte ici aussi bien qu'ailleurs. Quant à vos échecs ne soyez pas confus, vu qu'il arrive souvent qu'un commencement prometteur éclate en bulle de savon. D'après ce que j'ai observé, les talents prématurés (n'ayant jamais vu de génies, je ne parle que des talents normaux) donnent naissance à l'art
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue