GIRODET-TRIOSON Anne-Louis (1767-1824). 8... - Lot 105 - Aguttes

Lot 105
Aller au lot
Estimation :
4000 - 5000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 4 680EUR
GIRODET-TRIOSON Anne-Louis (1767-1824). 8... - Lot 105 - Aguttes
GIRODET-TRIOSON Anne-Louis (1767-1824). 8 L.A.S. «Girodet» ou «Girodet-Trioson» (une non signée), Paris [1795 ?]-1814, au Docteur Benoît-François TRIOSON, à sa terre du Bourgoin près Montargis; 22 pages in-8, la plupart avec adresse (fortes mouillures et rousseurs à la dernière). Intéressante correspondance à son ami, puis père adoptif, notamment sur les bouleversements après la chute de l'Empire. [Fin juillet 1795 ?]. Ses demandes d'un atelier et les réparations à faire dans son logement prennent beaucoup de temps, mais «le changement dans le ministère de l'interieur me fait esperer que je reussirai. [...] Quand aux affaires d'interet qui me regardent personnellement il ne manquait plus que ce calice à avaler par-dessus celui de voir mon état perdu sans ressource. Je suis seulement étonné que vous me proposiez cette occupation comme une distraction»... Cependant «l'on fait payer cher de bien des manières aux artistes l'honneur d'habiter le Louvre»... Il lui expédiera le 13 thermidor son tableau verni... 8 août [1808]. Vivant DENON lui prédit un succès complet. «Cependant je n'ai pas encore l'idée precise de ce que sera mon tableau il y a encore beaucoup trop à faire pour un mois de travail qui me reste. J'ai été bien moins vite que je n'aurais voulu parce qu'il m'a fallu aller à la recherche de mille détails de costumes dont enfin j'ai pu me procurer plusieurs, et qui mettent assez de vérité dans mon tableau. Le grouppe des généraux est presque fini et fait un effet assez heureux»... 12 avril 1810. Sur les affaires de son «père» et ami: sa location à Paris, des connaissances ou amis, une dette envers M. Desaugiers. «J'ai ébauché le portrait de Made Rilliet qui se porte assez bien»... 16 février 1814. «Ici [...] tout est en mouvement et dans l'attente inquiète des plus grands evenemens. On s'attend à voir les ennemis demain ou dimanche. [...] Tout le monde cache ses effets les plus precieux ou les envoie dehors le plus secretement possible. Je suis occupé dans ce moment-cy à faire emballer tous les portraits d'empereur que j'ai à la maison. Je ne sais ce que j'en ferai le ministre de la justice m'ayant dit qu'il n'y avait point de place à son hotel, j'ay déjà passé 3 nuits à serrer mes etudes. Mr Denon n'est pas plus occupé que moi au Muséum qui déménage grand train. Je ne puis obtenir un sol du ministre du tresor»... 30 mars. L'ennemi est dans la forêt de Bondy et à Pantin; il entend les canonnades depuis ce patin et la Garde nationale se porte de tous les côtés. «Presque toutes les boutiques sont fermées à peine il y en a-t-il quelques unes de comestibles d'ouvertes on ne voit que troupes et artillerie passer les boulevards sont pleins de grouppes de gens qui s'interrogent et font leurs conjectures. Nous voici au moment d'une grande catastrophe»... 13 juillet. Il va s'occuper de la lettre de Trioson à Monsieur; M. de Malateste lui a recommandé de confier sa pétition à Son Altesse Royale au comte d'Escars, capitaine des gardes de Monsieur... «J'ai reçu du ministre de l'interieur l'avis que j'allais etre payé comme à l'ordinaire de mon indemnité de logement. [...] Cela me fait esperer que ma grande créance sur le gouvernement ne sera pas tout à fait perduë. Dans ce moment-cy je ne puis encore reclamer. Je vais aussi aller voir Mr de St Vincent. Mon competiteur est bien anchré et bien protegé»... Il va tâcher de faire des tableaux qui plairont à «nos voisins les insulaires», dont il reçoit des visites... 4 août. Il s'est rendu à Saint-Cloud, où il a mis la pétition de son père entre les mains de Monsieur. «J'allais faire au moins une phrase, mais le prince marchait vite et s'est sur le champ trouvé assailli d'autres importunités». Il a demandé audience au duc de Mailly, «premier Gentilhomme de la Chambre de Monsieur»... 17 novembre. Il souffre d'«un mal d'yeux si fort que ce n'est qu'au travers d'un nuage que je vous écris. Mais il ne m'empeche pas de diriger mes élèves qui travaillent devant moi et pour les tableaux de Compiègne. [...] c'est un bonheur pour moi au milieu de ma detresse que cette entreprise-là que je menerai bon train et qui me doit me tenir plus de dix-huit mois»...
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue