GIACOMETTI Alberto (1901-1966).PONGE Francis... - Lot 104 - Aguttes

Lot 104
Aller au lot
Estimation :
10000 - 15000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 33 800EUR
GIACOMETTI Alberto (1901-1966).PONGE Francis... - Lot 104 - Aguttes
GIACOMETTI Alberto (1901-1966).PONGE Francis (1899-1988). 2 L.A.S. d'Alberto GIACOMETTI à F. Ponge, 2 L.A.S. de Francis PONGE à Giacometti, et 8 MANUSCRITS autographes de Francis PONGE. 10 000/15 000 Précieux échange entre le sculpteur et le poète, et ensemble de manuscrits retraçant la genèse et l'élaboration des textes de Francis Ponge sur Giacometti. Francis Ponge, qui a écrit plusieurs textes sur des artistes tels que Braque, Fautrier ou Fenosa, consacra beaucoup de temps à étudier l'oeuvre de Giacometti. Il publia le résultat de ses méditations en 1951, dans les Cahiers d'art dirigés par Christian Zervos, sous le titre Réflexions sur les statuettes, figures et peintures d'Alberto Giacometti, qui furent ensuite recueillies dans Lyres, premier volume du Grand Recueil (Gallimard, 1961), puis dans L'Atelier contemporain (Gallimard, 1977). Ponge fit également paraître au printemps 1964 un choix de notes préparatoires à ces «Réflexions», sous le titre Joca seria (Notes sur les sculptures d'Alberto Giacometti) dans la revue Méditations, recueillies en 1967 dans le Nouveau Recueil (Gallimard, 1967), puis dans L'Atelier contemporain (Gallimard, 1977). Dans sa critique artistique, ou plutôt ses poèmes sur l'art, Ponge «ne cherche aucunement [...] à placer l'oeuvre sous les yeux avec des mots, à éveiller une représentation visuelle. Il propose plutôt une lecture des intentions de l'artiste et de la loi de constitution de son oeuvre, c'est-à-dire de la poétique implicite» (Bernard Beugnot, Poétique de Francis Ponge. Le palais diaphane, 1990). GIACOMETTI Alberto. L.A.S. «Alberto», Paris 17 septembre 1951 (4 p. in-8). Zervos lui a remis une copie de l'article «que j'ai lu avec grand plaisir et intérêt [...] J'aime beaucoup le développement de l'article, ce fil que l'on suit du commencement à la fin»... Mais un passage le gêne, qu'il cite: «“G. naquit en 1901 à S[tampa] (S[uisse]) dans un village de montagne, c'est-à-dire au coeur rude de l'Europe, mais tourné plutôt vers l'Italie. Sa mère, un rocher (il lui ressemble), avait épousé un champ de fleurs [...] Elle en eut trois fils, comme la Suisse elle-même: un rocher et deux pins”. Il y a dans la fin de ce passage quelque chose qui me heurte, que je sens ne pas correspondre à la réalité et qu'il me serait désagréable, même intolérable de voir imprimé. Pas dans la première partie bien que le village soit non pas plutôt mais tout à fait tourné vers l'Italie et de ce fait pas très rude ! Mais ma mère pas rocher du tout, ce mot ne la définie d'aucune manière, et très jolie, cela la fausse (assez vraie et très jolie la définition de mon père) elle a eu 3 fils et une fille, je ne comprends pas le parallèle avec la Suisse qui n'a rien à y voir d'aucune manière [...] et le “un rocher et deux pins” m'est très désagréable ! (Vous ne savez pas à quel point je suis et je me sents peu rocher !) [...] Ne pouvez-vous pas modifier ce passage qui est d'ailleurs à part dans l'article [...] Je vous dis en passant que ma vallée n'est suisse que politiquement et rien de plus, ma famille comme moi aussi peu berger que possible depuis toujours»... Il relève encore un détail concernant la Grande Chaumière, et espère que Ponge lui pardonnera cette lettre... PONGE Francis. 2 L.A.S. «F.P.», Les Fleurys 19 et 20 septembre 1951 (3 et 2 p. in-4). «Diable ! Cher Giacometti !... En effet, que faire ? Vous pensez bien qu'à mon “article”, tel qu'il est (très médité, je vous l'assure), jusqu'à nouvel ordre je tiens un peu... Imaginez que vous ayez fait le portrait de quelqu'un... C'est d'abord une oeuvre de vous, il me semble... Si l'on vous demande de le modifier, quelle sera votre réaction ? Bien entendu, ni vous ni votre mère (ni vos frères, etc.) - que je respecte infiniment - n'êtes rochers, ni bergers, ni pins (ni d'ailleurs champs de fleurs, Jupiter ou Polyphème). Faut-il vous expliquer qu'un rocher qui épouse un champ de fleurs n'est pas un rocher»... Et Ponge de citer le texte d'Antoine Godeau sur Malherbe et la poésie qui «cache sous l'écorce de la fable ce que les autres sciences proposent à découvert, pour rendre les vérités qu'elle publie plus vénérables par ce voile qui les couvre»... Il travaille depuis plus de deux mois sur Giacometti: «J'ai de quoi écrire un livre entier sur votre oeuvre. Je vous montrerai les quelques 100 pages manuscrites d'où est sorti le poème incriminé. Peut-être trouverez-vous dans ces feuillets des notations pour vous plaire... mais non l'unité et la vie par rapports internes du texte que j'ai montré. Il me faudrait bien un ou deux mois encore pour tenter de mettre d'aplomb autre chose». Il propose de publier l'article tel quel suivi de la lettre de Giacometti, soit de le retirer et «de le refaire un jour ou l'autre, après d'autres conversations avec vous (disons d'autres séances de pose), et d'autres méditations»... - Le len
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue