GÉRICAULT Théodore (1791-1824). 8 L.A. de... - Lot 103 - Aguttes

Lot 103
Aller au lot
Estimation :
1000 - 1500 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 2 340EUR
GÉRICAULT Théodore (1791-1824). 8 L.A. de... - Lot 103 - Aguttes
GÉRICAULT Théodore (1791-1824). 8 L.A. de Mme TROUILLARD, [1822], à Théodore GÉRICAULT; 17 pages et demie in-8, 4 adresses (une à M. Dorcy). Ardente correspondance amoureuse, de souffrances puis de rupture, pendant la maladie de Géricault. [On sait peu de choses sur la liaison de Géricault avec Mme Trouillard; ces lettres permettent de suivre les méandres de cette passion brûlante, jusqu'à la rupture. Une seule est exactement datée du 16 juin 1822 par le cachet postal; deux sont adressées au domicile et atelier de Géricault, 23 rue des Martyrs, et une au 9 rue Taitbout (adresse de Dedreux-Dorcy, à qui est adressée également une lettre).] Vendredi soir. «Ne venez pas demain samedi»; elle va coucher à Cour­celles. «J'ai eu la sottise de vous attendre, hier soir, aujourd'hui, de fermer ma porte à des gens qui ont au moins quelqu'amitié pour moi, et que je maltraite à cause de vous [...] je ne veux plus vous attendre, vous attendre inutilement. Quand j'ai entendu sonner dix heures il m'a semblé qu'on me donnoit un coup de marteau sur la tête. [...] je souffre horriblement et vous ne méritez pas que je vous le dise. Je veux mon portrait, je le veux ! [...] Je ne veux plus vous voir»... «J'ai passé une bien vilaine nuit, et ce matin me voilà, triste, découragée, [...] Qu'elle différence d'hier, où j'avois la tête pleine de souvenirs, et d'es­pérance, de bonheur, où je me figurois que je ne pourrois jamais assez t'aimer pour satisfaire aux besoins de mon coeur ! Ah ! Dieu, que tu me fais mal ! [...] D'où vient que tu prends plaisir à m'aigrir le caractère, à me rendre sotte, et froide, je ne puis m'expliquer cela qu'en penssant que tu ne m'aimes pas. [...] Hier, en montant ces quatre étages, il me sembloit que je ne pourrois jamais assez t'aimer, te caresser, et l'émotion que me donnoit ces douces pensées, me forçoit à m'arrêter, malgré mon impatience d'être près de toi, et je te trouve froid, aigre, piquant, et tu me renvoyes désolée !... [...] Je ne saurois te dire tout ce que je souffre... car, je t'aime de toute mon âme, et je sens que je ne serois jamais heureuse avec toi [...] tu me fais mourir !»... Elle avait hésité à aller le voir: «A présent, soyez sur que je ne m'expo­serai plus à l'humiliation d'être sans cesse refusée ou oubliée. M. Dorcy vous aime beaucoup et vous défend très bien; mais il est impossible qu'il me persuade... Je viens de passer deux bonnes heures à pleurer»... [16 juin 1822]. Cécile est revenue triste et contrariée, Géricault lui ayant défendu sa porte: «tout ceci ressemble à une persécution. [...] Au fait, avez-vous besoin de moi, vous ! dont la vie est si remplie d'espérances, de souvenirs, de gloire et de bonheur ! Qu'elle folie, qu'elle erreur d'avoir été me mêler à tout cela !»... «Je suis bien moins fière que vous; car malgré la froideur avec laqu'elle vous m'avez laissée à vos genoux ce matin, je viens encore vous demander pardon, si je vous ai fait de la peine. Je vous en supplie, pensez à moi, [...] je vous crains, je me crains moi-même, [...] vous avez été cette nuit continuellement sévère et caustique [...] Je n'ai que des regrets, et plus d'espoir de bonheur, vous m'avez gâté ma vie [...] Je vous demande encore de me voir. Mais si vous me refusez, je saurois alors me taire, et j'essayerois de vous oublier. [...] Vraiment, je vous assure que nous [ne] devons pas nous séparer avec tant de fiel dans le coeur. Ah ! quel malheur pour moi que vous n'ayez pas besoin d'être aimé»... Vendredi soir. «Qu'elle nuit j'ai passée ! Je tenois cette malheureuse lettre dans ma main et à chaque mouvement le froissement du papier venoit me la rappeller, elle me faisoit l'effet d'un remords [...] En relisant hier soir une autre lettre de vous j'ai trouvé que vous m'appeliez une créature divine, à présent j'ai bien changé. J'ai le coeur dépravé ! Je manque de modestie, de pudeur &c... Ah ! il ne tiendroit qu'à moi de vous croire fou, ou méchant [...] Vous regretterez peut-être le coeur que vous avez déchiré, méconnu ! - Voici toutes vos lettres. Je garde la dernière je la relirai souvent comme préservatif contre toute espèce de sentiments tendres et généreux. Ah ! je suis née pour être malheureuse, pour n'être point aimée... [...] Ah ! je voudrois être morte».. À DEDREUX-DORCY, le suppliant de laisser le Dr Biett voir Géricault: «Si c'est pour moi qu'on mit cette consigne elle est fort inutile car je ne désire, ni ne veux le revoir de ma vie»...
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue