DELACROIX Eugène (1798-1863).

Lot 39
Aller au lot
Estimation :
700 - 800 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 650EUR
DELACROIX Eugène (1798-1863).
L.A. (la fin manque), [forêt de Boixe] 4 octobre 1820, à son frère le général Charles-Henri DELACROIX; 2 pages in-4 (manque le dernier feuillet).
Il lui annonce que leur beau-frère VERNINAC ne pourra pas envoyer «d'argent cette année. Nous avons eu ensemble de très longues conver­sations à ce sujet. Quand au vin, c'est une autre affaire. Il le cherche ainsi que l'eau-de-vie et tu seras averti de l'époque à laquelle il faudra que tu envoies ton homme. À peine suis-je arrivé ici que j'ai vu par les conversations et autres choses qu'il y avait difficulté grande à débourser ou à embourser [...] Quel que soit l'embarras de Mr Delacroix, celui de Mr Verninac est plus grand encore. Depuis l'adjudication, il a été obligé de payer près de 40,000 F en droits d'enregistrement, frais de palais et engagemens à temps contractés pour la succession. Lorsque l'ordre entre les créanciers de la succession sera réglé par le tribunal, il aura plus de trois cent mille F. à leur payer. Les ventes qu'il a pu effectuer jusqu'à ce jour et dont le produit reste dans les mains des acquéreurs, pour être compté aux créanciers, ne dépassent guères soixante mille francs. Quant aux revenus de la propriété, ils ont été insuffisans chaque année, pour faire face aux intérêts des sommes dues, au paiement des contributions, au salaire des gardes, à l'entretien du mineur et autres frais indispensables, comme procès à soutenir, entretien des bâtiments &c. [...] Il doit t'être bien dur dans ta position de ne pas voir de ressources t'arriver de ce côté. L'enregistrement quand même tu pourrais te procurer du fonds maintenant ne te servirait de rien, puisque par l'ordre qui va être établi entre les créanciers, toutes ces bouches vont s'ouvrir pour être payées de leur capital. [...] Ma soeur m'avait parlé dans une conver­sation d'une somme de 24.000 que le Prince [Eugène de Beauharnais] avait autrefois donnée à chacun de ses aides de camp en les mariant, de laquelle somme il aurait employé 16.000, à payer ou racheter une partie des effets de ton mariage manqué. Ce serait donc 8.000 encore et non pas 6.000 que le prince pourrait très légitimement appliquer à tes dettes, en y comprenant encore ce que nous avions trouvé ensemble, équipages, dettes des officiers italiens &c.»...
Lettres intimes (XLV, p. 183).
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue