DELACROIX Eugène (1798-1863).

Lot 36
Aller au lot
Estimation :
1500 - 2000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 3 640EUR
DELACROIX Eugène (1798-1863).
2 L.A.S. «Eugène Delacroix», novembre-décembre 1818, à Achille PIRON, «employé à l'administration des Postes, Hôtel des Postes», à Paris; 1 page in-4 avec adresse au verso (adresse biffée avec petites corrosions d'encre, et déchirure au cachet enlevant 5 fins de lignes), et 1 page in-8 avec adresse. [Forêt de Boixe] 6 novembre 1818. Il lui répond par retour pour que «ma lettre ne soit pas précédée par son auteur. Si le voyage pour retourner se fait aussi vite que celui de la venue, je ne tarderai pas à être à Paris. Notre voyage se fit en deux jours; encore nous arrêtâmes-nous à Tours. Mais notre voiture était légère et nous allions comme le vent. Depuis Poitiers environ jusqu'ici, nous luttâmes avec le Courrier et nous eûmes plus d'une fois le plaisir de lui passer devant. Je crains malheureusement que les chemins ne nous permettent pas en retournant cette charmante allure. [...] Quoi qu'en dise M. Enfantin je suis forcé de n'être pas de son avis sur l'a[rticle] de la fourrure. J'ai sous les yeux un bonnet des plus fourrés, dont les poils so[nt plus] fermes que les cheveux sur ta tête de vingt ans, et qui fut tué l'année de[rnière à] la fin d'août ou en septembre. M.Mrs les gardes qui ne manquent pas d'expér[ience disent qu']ils voient plus de renards en six mois que nous ne voyons d'alouettes en un [an, ils] assurent que la préparation est pour beaucoup dans la présente chose: ce qui est important surtout c'est si elle a été faite peu ou beaucoup de temps après la mort de l'animal. Comme la chasse retient dans ce pays à une part de mes regrets j'ose espérer que tu me feras partager quelques-unes de tes parties surtout sous les auspices d'un chasseur comme Mr Buissonneau qui m'a l'air d'être plus fort sur l'abstrait de la chasse que sur le concret, je veux dire sur la théorie que sur la pratique. Quand ce ne serait que pour tirer quelques alouettes, le plaisir de brûler de la poudre est quelque chose pour un apprenti». Il évoque les soirées musicales avec PIERRET et sa flûte: «Viendra peut-être un temps où nous le charmerons par nos délicieux duos. Si mes projets ne s'en vont pas en fumée, je compte étudier un peu cet hiver. Je verrai aussi avec grand plaisir le cahier de notes que tu t'es occupé à faire; cela prouve que tu ne renonces pas au travail et peu à peu tu y trouveras peut-être plus de charmes que dans tout le reste»... [Paris] 16 décembre 1818. Il le charge d'envoyer un paquet à Bordeaux. «J'eusse désiré te le porter moi-même, car il y a fort longtemps que je ne t'ai vu. Mais cela m'a été impossible et je ne sais encore quand je pourrai avoir ce plaisir»...
Lettres intimes (XI, p. 60, et XIII, p. 66).
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue