SAINT EXUPERY ANTOINE DE (1900-1944)

Lot 461
Aller au lot
Estimation :
50000 - 60000 EUR
Résultats avec frais
Résultat : 45 500EUR
SAINT EXUPERY ANTOINE DE (1900-1944)
Au centre du désert, manuscrit autographe, abondamment raturé et corrigé. [Janvier 1936]. 55 p. sur 62 feuillets in-4 de papier fi n, (les f. 12, 24, 45 et 58 blancs), encre bistre, crayon noir et bleu, foliotation partielle autographe, Bradel vélin ivoire, titre en long sur le dos. Quelques déchirures et pliures marginales, reliures un peu salle et frottée.
Précieux manuscrit de premier jet du chapitre VII de terre des hommes.
Le chapitre VII de Terre des hommes, intitulé Au centre du désert, est le témoignage de Saint Exupéry sur un épisode décisif de sa vie de pilote.
Ce manuscrit exceptionnel, très travaillé correspond en eff et, à quelques variantes près, aux 6 articles sur son récent accident d'avion dans le désert libyen que Saint Exupéry publia en exclusivité dans L'Intransigeant, du 30 janvier au 4 février 1936. C'est ce récit intense qui sera considérablement remanié pour former le septième chapitre de Terre des hommes.
«Saint-Exupéry voulait battre le record d'André Japy sur Paris-Saïgon avant le 31 décembre 1935, date limite pour la prime accordée au vainqueur.
Il disposait d'un avion tout neuf, un Simoun équipé d'un moteur
Renault de 180 chevaux, sur lequel il venait de faire, sans un incident, 11000 kilomètres autour de la Méditerranée. Ayant alors de graves ennuis d'argent, il se décide le samedi 28 décembre après avoir consulté, à la météo, André Viaud qui avait établi la protection de tous les grands raids de l'époque, et demandé à son ami Jean Lucas de lui préparer les cartes du raid. [...] À 7 h 7, Saint-Exupéry, accompagné de son mécanicien
Prévot, quitte Le Bourget. Malgré un arrêt forcé à Marseille, pour réparer un réservoir qui fuit, il ne mit que 19 h 38 pour franchir 3 700 kilomètres.
Il avait donc toutes chances de battre le record Paris-Saïgon (Japy avait mis 21h40 pour couvrir la même distance). C'est à 200 kilomètres du Caire que s'interrompt brusquement, dans le désert cyrénéen, le vol si bien commencé.» (Oeuvres complètes, I, Bibliothèque de la Pléiade, 2009, p. 1046). S'ensuit une errance de trois jours et quatre nuits dans le désert, ponctuée d'hallucinations, torturé par la faim et la soif sous la brûlure du soleil... Elle s'achève providentiellement par la rencontre inespérée d'un
Bédouin qui sauve le pilote et son mécanicien en leur donnant à boire («L'eau ! Eau tu n'as ni gout ni couleur et tu es cependant la plus grande richesse qui soit au monde. Mais tu es aussi la plus délicate, toi si pure au ventre de la terre.», f. 61). Outre la survie, ce sauvetage miraculeux off rit à Saint Exupéry quelques-unes de ses plus belles lignes : «Quant à toi qui nous sauve, Bédouin de
Lybie, tu t'eff aceras cependant à jamais de ma mémoire. Je ne me souviendrai jamais de ton visage. Tu es l'Homme et tu m'apparais avec le visage de tous les visages à la fois. Tu ne nous as jamais dévisagés et déjà tu nous as reconnus. Tu es le frère bien-aimé. Et, à mon tour, je te reconnaîtrai dans tous les hommes.» (Ibid.,p 268)
PROVENANCE René Delange, ami et biographe de Saint Exupéry, rédacteur en chef de L'Intransigeant.
Exposition Antoine de Saint-Exupéry : exposition organisée pour le deuxième anniversaire de sa mort, Paris, Bibliothèque Nationale, 1954, N° 86.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue