1953 MERCEDES 300 S COUPÉ

Lot 47
Aller au lot
Estimation :
150000 - 250000 EUR
1953 MERCEDES 300 S COUPÉ

Modèle parmi les plus luxueux de son époque

L’un des 216 coupés fabriqués

Véhicule très recherché


Titre de circulation suédois

Châssis n° 188011 – 00229 – 53

Moteur n° 1880111701


Après la Seconde-Guerre mondiale, Mercedes-Benz a besoin d’un modèle haut de gamme pour retrouver son prestige. Présentée lors du salon de Francfort en 1951, la Mercedes-Benz 300 berline s’inscrit comme le premier nouveau modèle de l’aprèsguerre au catalogue de la firme allemande. Konrad Adenauer, premier chancelier de la République Fédérale d’Allemagne, en fera son véhicule officiel et en utilisera six exemplaires au cours son mandat. Si bien que la 300 sera couramment rebaptisée 300 Adenauer. La berline sera rapidement épaulée par la 300 S (Super) présentée au salon de Paris en octobre 1951 qui est un dérivé à empattement court de la berline 300. Fidèle au slogan de la marque « Das Beste oder nichts » (le meilleur sinon rien), la 300 S déclinée en Coupé, Cabriolet et Roadster, vise une clientèle fortunée. Pour ce faire, elle se présente à l’époque comme le véhicule le plus cossu et l’un des plus avancés du marché sur le plan technique. Assemblée par des techniciens de haut niveau à la Karosserie Mercedes-Benz de Sindelfingen sous la direction du chef du design Hermann Ahrens, sa carrosserie est élégante avec des phares intégrés dans les ailes avant. La finition est également irréprochable, des sièges en cuir cousus à la main à l’incrustation de bois précieux, en passant par l’ajustement précis des portes, la peinture et les chromes magnifiquement polis, ainsi que les bagages sur mesure qui accompagnent chaque voiture. Le travail manuel conséquent, nécessaire à la confection très exclusive de chaque exemplaire de cette voiture de luxe, en limitera d’ailleurs sa production à 560 exemplaires au total entre 1952 et 1955, dont 216 coupés, 203 cabriolets et 141 roadsters. Sous ses lignes conservatrices rehaussées d’une calandre verticale majestueuse en retrait des ailes avant détachées du capot et ses marchepieds sous les portières, se dissimulent des solutions mécaniques (moteur, suspension et châssis) dérivées de la formidable 300 SL Gullwing. La 300 S est motorisée par le 6-cylindres en alliage léger, 3 l, à simple arbre à cames en tête, alimenté par trois carburateurs Solex, développant 150 ch à 5 000 tr/min, capable de propulser cette voiture de 1 760 kg à une vitesse de pointe de 175 km/h. Son châssis en X constitué de tubes d’acier ovales bénéficie de la suspension indépendante et de freins à tambour en aluminium aileté sur les quatre roues. Une seule évolution majeure marquera la carrière de ce modèle : l’injection Bosch sur la 300 Sc. Outre sa prestance et ses performances, son coût (deux fois plus élevé que celui d’une 300 SL Gullwing et d’une Rolls Royce) a participé au prestige de ce modèle particulièrement apprécié des grands de ce monde, de la royauté à l’élite hollywoodienne et aux magnats de l’industrie, tels l’Aga Khan, et les acteurs Bing Crosby et Clark Gable, pour ne citer qu’eux. La 300 S fait aujourd’hui partie des Mercedes-Benz d’après-guerre les plus recherchées.

La 300 S qui illustre ces pages est une vraie rareté, puisqu’il s’agit de l’un des 216 coupés fabriqués. La voiture fut repeinte, et son intérieur en sublime cuir rouge, refait. Le nouvel acquéreur pourra se contenter de restaurer la partie mécanique, ou s’attaquer à une restauration dans les règles de l’art, que mérite certainement ce monstre sacré de la marque à l’étoile. Lors de notre examen, nous avons noté que la traverse moteur avait été ressoudée.

Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue