1973 Maserati BORA 4.9

Lot 45
Aller au lot
Estimation :
50000 - 70000 EUR
1973 Maserati BORA 4.9

1re Maserati de série à moteur central AR

Un des 250 exemplaires équipés du moteur 4,9 l

Lignes futuristes signées Giugiaro


Titre de circulation monégasque

Châssis n° AM117/49*540*

Moteur n° AM117/11/49*540*


La Maserati Bora a célébré ses 50 ans cette année. Dévoilée au salon de Genève 1971, la Bora est la première Maserati de série à recevoir un moteur en position centrale arrière. Il s’agit également du première modèle au Trident entièrement développé sous la direction de Citroën, qui a pris le contrôle de la marque en 1968. Le développement de cette nouvelle GT a été confié à l’ingénieur Giulio Alfieri. Pour le dessin de la carrosserie, celui-ci s’adresse à Giorgetto Giugiaro, qui a créé son studio ItalDesign, et déjà œuvré avec brio sur la Maserati Ghibli. Le résultat procure à la Bora une silhouette profilée très aérodynamique, à l’esprit futuriste, mariage d’élégance et de sportivité, avec notamment des phares rétractables destinés à optimiser la traînée aérodynamique. Sa carrosserie est fabriquée à Modène par la société Padane et assemblée sur un châssis tubulaire avec panneaux soudés. Son moteur est le très robuste et éprouvé V8 16-soupapes en aluminium de 4 719 cm3 de la Ghibli, dérivé des blocs utilisés par Maserati en compétition. Il est doté de quatre arbres à cames en tête, d’un vilebrequin 5-paliers, de pistons à course courte, d’une culasse hémisphérique, et alimenté par quatre carburateurs double corps Weber pour offrir une puissance de 310 ch. La boîte de vitesses ZF à cinq rapports, de type transaxle, permet d’atteindre les 280 km/h. L’évolution majeure sur la Bora interviendra en 1974 lorsque la marque ajoutera à son offre le V8 4,9 l de 4 930 cm3 développant 330 ch. Au total, 314 exemplaires de la Bora version 4,7 l et 250 en version 4,9 l seront produits par Maserati. De par ses liens avec Citroën, la Bora va également hériter de quelques technologies françaises partagée avec la Citroën SM. À l’instar de l’assistance hydraulique du freinage, le réglage du pédalier, du volant ou encore de  la hauteur du siège conducteur, ainsi que la commande des phares escamotables. Ses performances de GT renforcées par un comportement routier sûr et efficace ont fait de la Bora la GT la plus homogène de son temps face à la concurrence des Ferrari 512 BB, De Tomaso Pantera et autres Lamborghini Miura. L’exemplaire proposé est l’un des 250 produits avec le moteur 4,9 l. Il fut exporté en Californie chez l’importateur local de la marque en mai 1973. Nous ne disposons pas d’informations sur son/ses propriétaire(s) avant le 20 avril 1982, date à laquelle cette Bora a été acquise avec 23 000 miles au compteur par Curtis Nordgreeen, résident dans le Massachusetts. Elle change ensuite de propriétaire le 1er juin 1989 (à 38 327 miles) et sera vendue quelques mois plus tard, le 8 décembre 1989, aux enchères à Paris. La voiture sera ensuite immatriculée à Monaco, avant d’intégrer la collection Anna Lisa.

Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue