1981 MASERATI Merak SS

Lot 44
Aller au lot
Estimation :
15000 - 20000 EUR
1981 MASERATI Merak SS

Petite soeur de la Bora

GT abordable

Intéressant projet de restauration


Carte grise française

Vendue sans contrôle technique

Châssis n° AM122A – 1508

Moteur n° 114.53.30 – 520.170


Présentée au salon de Paris en 1972, la Maserati Merak sera produite jusqu’en 1983. Ce modèle constitue la réponse de la marque à la crise pétrolière qui affecte les ventes de grosses cylindrées et à la nécessité d’élargir aussi sa clientèle en proposant un produit plus abordable. La Merak repose sur la même plateforme que la Bora. Son dessin est également signé du centre ItalDesign dirigé par Giugiaro et les différences entre les deux modèles apparaissent minimes. Alors que la Bora fait appel à une large verrière pour abriter son V8, la Merak se contente de deux arcs-boutants pour simuler cette pente tandis que sa ligne de toit s’interrompt brutalement derrière le cockpit. Son toit n’est plus en inox comme la Bora. Sa partie arrière est découverte et les baguettes latérales ont disparu. La face avant présente quant à elle une calandre dont les deux encadrements chromés ont été remplacés par de simples bandeaux faisant office de pare-chocs. La Merak a été fabriquée en trois versions, chacune sous le contrôle des trois actionnaires successifs de la marque : Citroën, GEPI et De Tomaso. Les deux premières versions sont nées sous l’ère du constructeur français et utilise la base mécanique de la Citroën SM. Cependant, prestige oblige, la Merak se devait d’être plus puissante. Par conséquent, elle sera motorisé par le V6 français de 2,7 l réalésé à 2 965 cm3 développant 190 ch et permettant d’atteindre 240 km/h en vitesse maxi. Le reste de la mécanique fait quant à lui la part belle à l’hydraulique chère à la marque aux chevrons. La première version de la Merak ne restera que deux ans au catalogue et ne sera produite qu’à 630 exemplaires avant que la version SS lui succède. Exposée au salon de Genève en mars 1975, la Merak SS se distingue par sa puissance moteur augmentée à 220 ch. Sa commercialisation intervient alors que Maserati vient de passer sous la tutelle de GEPI, société d’état destinée à aider les entreprises en difficulté en quête de nouveaux investisseurs. Placée ensuite sous le contrôle de la marque De Tomaso, la Merak sera débarrassée du système hydraulique à haute pression de Citroën pour revenir à un système plus traditionnel. Puis, sa puissance sera ramenée à 208 ch pour répondre (déjà) à de nouvelles normes de pollution. La Maserati Merak qui illustre ces pages, l’une des 626 SS construites, fut démontée en vue d’une restauration, qui n’aboutit pas. Elle se présente vraisemblablement complète, mais démontée, et fera le bonheur d’un amateur courageux. 

Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue