LOUIS-MARIE DE SCHRYVER (1862-1942)

Lot 17
Aller au lot
Estimation :
15000 - 20000 EUR
LOUIS-MARIE DE SCHRYVER (1862-1942)
Le quai aux fleurs à Paris, 1896
Huile sur toile
Signée et datée «1896» en bas à droite
Oil on canvas, signed and dated «1896» lower right
50 x 65 cm - 19 3/4 x 25 5/8 in.
PROVENANCE Vente, L'esprit du XIXe siècle, Osenat,
Fontainebleau, 8 avril 2018, lot 72
Collection particulière, France (acquis au cours de la vente précédente)
Né à Paris en 1862, Louis-Marie De Schryver grandit dans un milieu intellectuel. Son père est en effet un journaliste reconnu. Le talent artistique de Louis-Marie est précoce. Dès 1876, à seulement 13 ans et en autodidacte, il expose au Salon deux natures mortes florales : Marguerites et Chrysanthèmes et Violettes et Fleurs de printemps. L'année suivante, il entre dans l'atelier de Philippe Rousseau (1816-1887), peintre de paysages et de scènes de genre, et continue à exposer au Salon tout en complétant sa formation chez lui. En 1879, il remporte une médaille de bronze à l'Exposition Universelle de Sydney avec son tableau Les Lilas. En 1886, il prend un atelier à Paris et se spécialise dans la représentation de scènes de la vie quotidienne comportant souvent une marchande de fleurs et ses clientes. Ce thème, qu'il décline à l'envi, lui permettra d'accéder à la reconnaissance internationale et à l'aisance financière. En 1888, il devient membre de la Société des Artistes français. En 1891, il rejoint l'atelier du peintre orientaliste et portraitiste Gabriel
Ferrier (1847-1914) qui était alors un professeur réputé. Il complète ainsi sa formation, avant de s'affirmer dans l'art du portrait. À l'Exposition
Universelle de 1900 à Paris, il se voit décerner une médaille d'or. La même année, il fait l'acquisition d'une maison à Neuilly et s'y installe.
Au début du XXe siècle, il s'oriente vers la peinture de courses automobiles et fait évoluer son style vers l'impressionnisme. Mais, cette thématique et ce style ne rencontrant pas le succès commercial escompté, De Schryver revient par la suite à ses thèmes de prédilection : portraits, natures mortes et scènes de la vie parisienne. Après la Première Guerre mondiale, de 1919 à 1925, il voyage dans la Rhénanie occupée afin de réaliser des paysages.
Il continue à exposer sporadiquement au Salon dans l'entre-deux-guerres. Il meurt à
Neuilly le 6 décembre 1942 à l'âge de 80 ans.
Born in Paris in 1862, Louis-Marie De Schryver grew up in an intellectual environment. His father was a well-known journalist. Louis-Marie's artistic talent was precocious. In 1876, at only 13 years old and self-taught, he exhibited at the Salon two floral still lifes: Marguerites et Chrysanthèmes and Violettes et Fleurs de printemps. The following year, he entered the studio of Philippe
Rousseau (1816-1887), a painter of landscapes and genre scenes, and continued to exhibit at the Salon while completing his training with him. In 1879, he won a bronze medal at the Sydney World's Fair with his painting Les Lilas.
In 1886, he took a studio in Paris and specialized in depicting scenes of daily life, often involving a flower seller and her customers. This theme, which he used over and over again, allowed him to achieve international recognition and financial prosperity. In 1888, he became a member of the Société des Artistes français. In 1891, he joined the studio of Orientalist painter and portraitist Gabriel Ferrier (1847-1914) who was then a renowned teacher. He thus completed his training, before asserting himself in the art of portraiture. At the 1900 World's Fair in Paris, he was awarded a gold medal. The same year, he acquired a house in Neuilly and settled there.
At the beginning of the 20th century, he turned to painting car races and developed his style towards impressionism. However, this theme and style did not meet with the expected commercial success and De Schryver returned to his favorite themes: portraits, still lifes and scenes of Parisian life. After the First World War, from 1919 to 1925, he traveled to the occupied Rhineland to paint landscapes. He continued to exhibit sporadically at the Salon during the interwar period. He died in Neuilly on December 6, 1942 at the age of 80.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de vente
Retourner au catalogue